L'industrie du papier plante des eucalyptus génétiquement modifiés

Clément Solym - 08.06.2010

Edition - Société - arbre - papier - modifier


Aujourd'hui, on trouve de plus en plus de mentions en fin de livre assurant que le papier utilisé est d'origine contrôlée, et qu'il respecte l'environnement. D'ici quelques mois, une autre annotation pourrait conclure vos ouvrages : Génétiquement Modifié.

La société ArborGen, basée en Caroline du Sud, vient en effet de recevoir l'approbation des autorités fédérales pour planter plus de 250.000 arbres sur le territoire, lesquels serviront pour International Paper, MeadWestvaco et Rubicon LTD. Ces trois sociétés ont créé une joint-venture, à travers ArborGen. L'industrie du papier creuse donc sérieusement les pistes de l'arbre génétiquement modifié et exclusivement des eucalyptus - va savoir pourquoi, tiens... - qui seront ainsi plantés dans sept États du pays.

Bien entendu, l'arbre en question est conçu pour pousser plus rapidement que la flore habituelle et l'Associated Press rapporte que les eucalyptus australiens prodiguent une pâte pour le papier de très haute qualité. Or, une fois modifiées, ces plantes arriveront à s'adapter aux conditions météorologiques assez différentes, et permettre malgré tout une production optimisée.

Dès lors, on en retrouvera en Floride, Caroline du Sud, Texas, Alabama, Mississippi, la Géorgie et Louisiane. Sept États-tests qui serviront à la généralisation de ces plantations.

Gare à l'incendie - et au reste !

Mais, mais, mais... les écolos ne sont pas loin. Et Anne Petermann, directrice exécutive du groupe Ecology Project considère d'un assez mauvais oeil ces stratégies de rendement mises en place par les trois sociétés. En effet, l'eucalyptus aurait tendance à être plutôt gourmand en eau, et le risque est de voir les nappes phréatiques se réduire comme peau de chagrin. Dont accroître les risques d'incendie.

En fait, ces eucalyptus représenteraient une menace et un grand danger en cas de plantation massive. Et tout cela, sans évoquer - mais évoquons-le tout de même - les détraquages qu'ils provoqueraient dans l'écosystème où on les implantera.

En guise de réponse, Anne aura pu s'entendre répliquer que la superficie sur laquelle les eucalyptus seront plantés est très maigre. En l'occurrence, 300 acres, soit environ 126 km². En Europe centrale et du sud, il semblerait que l'on ait déjà planté presque sept fois cette superficie. Sans qu'ils n'aient été impliqués dans une quelconque affaire d'incendies...