Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'invention du sauvage, sur les traces de l'Histoire

Clément Solym - 27.11.2011

Edition - Les maisons - Quai Branly - invention - sauvage


Quelques instants pour évoquer la sortie d'un ouvrage, qui fait écho à l'excellente exposition qui se tient actuellement au musée du quai Branly, Exhibitions. L'invention du sauvage.

Elle met en lumière l'histoire de femmes, d'hommes et d'enfants, venus d'Afrique, d'Asie, d'Océanie ou d'Amérique, exhibés en Occident à l'occasion de numéros de cirque, de représentations de théâtre, de revues de cabaret, dans des foires, des zoos, des défilés, des villages reconstitués ou dans le cadre des expositions universelles et coloniales. Un processus qui commence au 16e siècle dans les cours royales et va croître jusqu'au milieu du 20e siècle en Europe, en Amérique et au Japon.

 


En parallèle, un ouvrage coédité par Actes Sud et le musée, reprend toute cette histoire du bon sauvage, que l'Occident a façonnée. Un détail de l'existence de ces hommes et femmes inconsidérés, entre le XIXe siècle et jusque tard dans le XXe siècle.

Peintures, sculptures, affiches, cartes postales, films, photographies, moulages, dioramas, maquettes et costumes donnent un aperçu de l'étendue de ce phénomène et du succès de cette industrie du spectacle exotique qui a fasciné plus d'un milliard de visiteurs de 1800 à 1958 et a concerné près de 35 000 figurants dans le monde. À travers un vaste panorama composé de près de 600 oeuvres et de nombreuses projections de films d'archives, l'exposition montre comment ces spectacles, à la fois outil de propagande, objet scientifique et source de divertissement, ont formé le regard de l'Occident et profondément influencé la manière dont est appréhendé l'Autre depuis près de cinq siècles.

Assurément, comme le dit l'éditeur, un « immense spectacle, avec ses figurants, ses décors, ses impresarios ». Le tout réalisé par l'historien Pascal Blanchard et l'anthropologue Nanette Jacomijn Snoep, et de l'anthropobiologiste Gilles Boetsch. Tous trois sont directeurs et commissaires scientifiques de l'exposition, et pour cet ouvrage, soixante-dix auteurs ont collaboré.

« L'exposition explore les frontières parfois ténues entre exotiques et monstres, science et voyeurisme, exhibition et spectacle, et questionne le visiteur sur ses propres préjugés dans le monde d'aujourd'hui. Si ces exhibitions disparaissent progressivement dans les années 30, elles auront alors accompli leur oeuvre : créer une frontière entre les exhibés et les visiteurs. Une frontière dont on peut se demander si elle existe toujours ? »

Elle sera ouverte jusqu'en juin 2012