Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

L’Iran pratiquerait la censure à haute dose en matière de littérature

Victor De Sepausy - 05.01.2017

Edition - International - Iran - littérature - censure


Toutes les publications ne sont pas également bienvenues en Iran. Le Conseil National de la Résistance Iranienne, instance importante d’opposition au régime d’Hassan Rohani, dénonce une censure omniprésente qui se retrouve à tous les niveaux de la culture. La littérature est un domaine particulièrement ciblé et l’on ne peut pas publier n’importe quel texte.

 

(Crédits photos : CC BY 2.0 - David Stanley)

 

Cette situation contraint de nombreux écrivains à continuer d’écrire chez eux tout en n’essayant même plus d’être publié dans leur propre pays. Les auteurs qui ne sont pas particulièrement appréciés par le régime actuel voient leurs anciennes publications disparaître des bibliothèques et des librairies.

 

Cette situation est catastrophique sur le développement culturel à long terme. Le nombre de publications s’inscrit en baisse et livres et journaux se font plus rares. La créativité littéraire de ce pays est en train de se perdre, laminée par la censure.

 

Par opposition, les écrivains qui plébiscitent l’actuel régime sont généreusement récompensés. Ils bénéficient alors de larges moyens pour continuer d’écrire leurs œuvres. Mais les livres se vendent moins bien et les nouvelles générations ont tendance à grandir en présence d’un nombre réduit de livres.