L'Irlande en quête de la librairie idéale

Julien Helmlinger - 18.03.2013

Edition - Librairies - Irlande - Saint Patrick - Librairies


Le St. Patrick's Festival célèbre depuis trois jours la fête nationale à Dublin, au rythme d'une musique traditionnelle généreusement arrosée de « stout » aux grains bien torréfiés. En parallèle, divers débats dans la presse ont soulevé la même question depuis février. Celle de savoir pourquoi la capitale irlandaise ne possédait pas encore sa mythique librairie, alors que la ville a hébergé plus d'un grand écrivain au cours de son histoire.

 

 

Un concept qui a su rester vert (crédits Google Earth)

 

 

Fin février, c'est dans un article du Irish Times intitulé « Why don't we have a perfect bookstore? », que l'auteur Manchán Magan pointait le fait que « Paris a son Shakespeare and Company, et San Francisco son City Lights. L'Irlande, lieu de naissance de tant de grands écrivains, n'a pas leur équivalent ».

 

Une réflexion qui  a débouché sur le passage en revue de ces petits détails qui feraient les plus grandes librairies, en donnant aux lieux une atmosphère chargée de caractère, de vécu et autres mystères.

 

Pour Magan, parvenir à la vitrine parfaite implique de trouver une personnalité idéaliste et aux desseins utopiques qui créerait un espace à Dublin : une librairie sur le principe de la boutique parisienne Shakespeare and Company, gérée par et pour les seuls amateurs de livres.

 

Un ingrédient de cette recette néanmoins s'est retrouvé contesté par d'autres observateurs : celui qui consiste à faire appel à des libraires bénévoles. Car selon la Dublin Review of Books, le personnel d'une librairie se doit d'être professionnel et bien informé sur son métier.

 

Ce second point de vue met davantage en avant les critères de stock disponible d'étendue de catalogue et de compétences professionnelles, voire d'optimisation de placement de produits, au détriment de l'ambiance et du charme que peut dégager l'environnement. Pour se laisser fidéliser par une enseigne, le client aurait également besoin de voir en celle-ci un commerce viable à long terme.

 

Mais là où tout le monde tombe d'accord, c'est que l'aspect communautaire, à travers les projets littéraires portés par la boutique et l'âme apportée par ses visiteurs, apporte une valeur essentielle aux librairies.