L'odeur du Book exproprié : Montmartre "un parc d'attractions sans vie"

- 29.05.2013

Edition - Librairies - librairie - expropriation - montmartre


« On pensait ne jamais pouvoir être mis dehors, on s'était bien trompé ». Morena Negri, cogérante de la librairie l'Odeur du Book, fait partie des libraires dans la tourmente. Mais cette fois, le contexte économique n'y est pas pour quelque chose. Des murs « en très mauvais état » qui nécessitent une réhabilitation totale au cœur de ce quartier de Montmartre. « Nous sommes propriétaires du bail commercial, pas des lieux ». Une situation qui, passé le droit de préemption appliqué par la Mairie, n'ira pas dans le sens du commerce.

 

 

 

 

« Les habitants sont relogés », explique Morena, mais cette option n'a pas été retenue pour eux. Au lieu de ça, l'offre de la municipalité « suffit à peine à la location d'un box pour un an ». Loin des montants qu'ils ont connus en s'installant il y a dix ans, les libraires ont peu d'alternatives pour rester dans le quartier. Bien sûr, le couple de libraires possède une priorité au droit de retour sur l'emplacement, mais c'est sans compter des travaux estimés à trois ans, et le rachat du futur bail au prix immobilier du quartier.

 

Et pour compliquer un peu plus la chose, le projet de la Société de requalification, la Soreqa, prévoit la fusion du local avec la brocante mitoyenne. Ce qui achèvera de faire grimper le prix du bail. Morena tient également à rappeler que l'entreprise publique locale est détenue à 23 % par la commune de Paris et 55 % par le département de Paris.

 

Une situation rageante quand Morena évoque une trésorerie « saine », et le fait que l'Odeur du book avait une bonne vision à moyen terme avec un bail effectif sur encore 7 ans et demi. Il faut dire que la boutique possède un fonds double d'occasion spécialisé dans les sciences humaines et les livres de langue italienne. Une spécialité unique sur la capitale, qui n'a pas empêché le couperet.

 

Pour l'heure, Morena et son compagnon ont lancé une pétition qui a recueilli 700 signatures. Plutôt lucide, la dame, a prévu d'autres moyens de riposte contre l'expropriation. D'abord un concert de musique sicilienne avec les artistes du quartier, pour sensibiliser en restant dans le ton de leur expertise.

 

Mais aussi des débats pour susciter la discussion sur ce qui n'est pas un fait isolé. La libraire cite le cas d'une autre librairie, également spécialisée rue Lepic. Et qui pourrait bien ne pas être la seule. Elle pointe la destruction d'un tissu culturel, de commerces de proximité, simplement vivant. « Il y a cinq agences immobilières sur 50 mètres ». « On fait de Montmartre un parc d'attractions sans vie ».

 

Depuis dix ans, Morena constate le départ des libraires du quartier, une demi-douzaine probablement. Amère, Morena qualifie le phénomène de « véritable éviction », qu'elle estime « en contradiction avec le discours politique de la municipalité ». Hasard heureux du calendrier, les élections à venir pourraient ajouter du poids à leur combat.

 

En attendant, la libraire voit simplement « deux chômeurs de plus ».

 

 

L'Odeur du Book : 13, rue Ramey

01  42 23 30 39 - librairie@odeurdubook.fr

@odeurdubook sur Twitter

Horaires: mardi et mercredi 14h30-20h00, du jeudi au dimanche 11h00-20h00