Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'ONG Oxfam ne veut plus de vos exemplaires du Da Vinci Code

Laurène Bertelle - 19.05.2017

Edition - Société - da vinci code Oxfam - Oxfam don livre - Dan Brown da vinci code


Au pays de Galles, un magasin Oxfam reçoit chaque jours des dons du fameux roman Da Vinci Code, au point de demander aux généreux donateurs qui souhaiteraient se délester du livre de Dan Brown de s'abstenir.


Author of The Da Vinci Code
(Jorge Quinteros, CC BY-NC-ND 2.0)


Da Vinci Code, c'est le best-seller par excellence. Tout le monde l'a acheté, tout le monde l'a lu et tout le monde... s'en débarasse. Et parce que jeter, c'est mal, les détenteurs d'un exemplaire du livre de Dan Brown qui se sentiraient coupables choisissent naturellement de le donner à des organismes de charité. Très belle initiative, si seulement tout le monde n'avait pas la même idée.

Au Pays de Galles, un magasin Oxfam, confédération d'ONG luttant contre la pauvreté, reçoit chaque jour des dons, et chaque jour un ou plusieurs exemplaires du fameux livre, qui finissent par s'entasser dans la pièce sans se vendre, et donc sans rapporter d'argent à l'organisation. C'est pourquoi le magasin a choisi de placer une pancarte qui invite les futurs donateurs, moins à s'abstenir qu'à donner autre chose : « Vous pourriez nous donner un Da Vinci Code... mais on préférerait avoir vos vinyles! Nous avons besoin de disques d'urgence pour rendre nos clients heureux, et pour récolter plus d'argent pour Oxfam! »
 
Et sur Facebook d'insister, toujours avec une pointe d'humour : « La leçon d'économie du jour porte sur l'offre et la demande. Actuellement, nous avons un trop gros stock de Da Vinci Code, et un trop petit stock de vinyles. »

Et ce n'est pas la première fois qu'une telle chose arrive... L'année dernière, c'était Fifty Shades of Grey qui remplissait les étagères et les magasins des associations, au point de pouvoir remeubler la pièce.
 
Au delà de l'aspect amusant d'une telle situation, les événements de ce genre sont aussi révélateurs des pratiques de lecture et d'achat de livres qui deviennent périssables. Selon le Telegraph, Da Vinci Code s'est vendu à environ 4,5 millions d'exemplaires au Royaume-Uni pour 80 millions dans le monde. Des exemplaires dont personne ne veut plus aujourd'hui, comme un effet boule de neige... qui aurait fondu.