L'Open Book Alliance attaque Google Books avec force

Clément Solym - 31.08.2009

Edition - Bibliothèques - Open - book - alliance


Fort de l'implication de Microsoft et Yahoo! et celle encore à confirmer d'Amazon, l'Open Book Alliance dispose cependant d'acteurs déjà puissants pour s'opposer à Google Books.

Regroupant des professionnels de l'édition et de la bibliothèque, et reposant sur l'initiative de l'Internet Archive, l'OBA profite également de l'angoisse pesante qui tourne autour du règlement Google ainsi que du verdict qui sera rendu prochainement par le tribunal de New York.

« L'accès, le prix et les questions de confidentialité sont nos préoccupations essentielles et nous estimons qu'elles n'ont, à ce jour, pas encore été suffisamment abordées. Une question de politique publique de cette ampleur ne devrait pas être traitée si légèrement, mais abordée par le Congrès, sous forme d'une délibération ouverte, qui permettrait une plus grande implication de la part des parties concernées », a lancé Michael J. Borges, directeur exécutif de la New York Library Association.


Des critiques sévères, quoique connues, à l'encontre de Google Books, mais qui ne rompent cependant pas avec l'intention profonde du moteur. Car l'OBA souhaite bien proposer des livres accessibles en ligne, et consultables depuis n'importe quel endroit de la planète - simplement pas dans les mêmes conditions.

Un service « d'une valeur incalculable » et un savoir offert aux internautes sans limites. On attend alors beaucoup de l'intervention du ministère de la Justice américain, qui s'est penché sur le dossier avec ferveur, précise Janice R. Lachance, PDG de la Special Libraries Association.

Un manifeste a dès lors été rédigé, Opening the Book, et pointe globalement les défauts majeurs de la proposition de Google.
  • Problème de concurrence et création d'un monopole, qui conduira à des tarifs inévitablement chers.
  • Un accord qui ne profitera qu'aux établissements dotés d'un financement fort, sans quoi souscrire à l'abonnement Google sera hors de prix.
  • Éditeurs et auteurs y perdront leur âme et le fruit de leur travail
  • Le cadre juridique instauré est scandaleux : c'est une privatisation du droit d'auteur, et on soupçonne la joint-venture entre Google, l'Association of American Publishers et l'Authors Guild, qui créera un monopole pour la vente de livres numérisés.