L'organisation professionnelle SFWA s'ouvre aux auteurs autopubliés

Antoine Oury - 04.02.2015

Edition - International - auteurs autopubliés - SFWA science-fiction - autopublication


La SFWA, ou Science Fiction & Fantasy Writers of America, est une organisation professionnelle qui, comme son nom l'indique, vise à fédérer les auteurs de science-fiction et fantasy des États-Unis. L'organisation avait été vivement critiquée pour ne pas représenter les auteurs autopubliés, qui pèsent pourtant pour une bonne partie de la production éditoriale du genre.

 


Open

(C x 2, CC BY 2.0)

 

 

La SFWA avait indiqué, en juillet 2014, qu'elle consultait ces membres sur la possibilité d'ouvrir ses rangs aux auteurs autopubliés. Visiblement, les adhérents ont pris le parti de la solidarité interprofessionnelle, les inscriptions sont désormais ouvertes aux auteurs indépendants.

 

Pour devenir membre actif, il leur suffira de faire état d'un roman qui leur aura rapporté au moins 3.000 $, ou d'une nouvelle de 10.000 mots minimum, qui leur aura rapporté au moins 6 cents par mot. Pour devenir membre associé, il leur suffira de mettre en avant au moins une histoire de 1000 mots, avec un revenu totalisant là aussi au minimum 6 cents par mots.

 

TeleRead, qui rapporte l'information, se demande si les auteurs autopubliés eux-mêmes se montreront intéressés par cette ouverture. Ceux qui mettent leurs livres en ligne via Kindle Direct Publishing se souviendront peut-être du boycott d'Amazon par la SFWA début 2012, ou encore du soutien manifesté à la lettre anti-Amazon de Douglas Preston, au moment du conflit entre le ecommerçant et l'éditeur Hachette.

 

La SFWA, si elle est prestigieuse, sera peut-être un peu trop poussiéreuse pour intéresser des auteurs qui se défendent souvent eux-mêmes dans les librairies en ligne, sur leurs sites ou réseaux sociaux. Mais, si la part des auteurs autopubliés dans la production contemporaine de science-fiction et de fantasy est si importante, c'est peut-être aussi l'occasion d'apporter un nouveau souffle à la SFWA.