L'organisatrice d'un festival littéraire accuse un cheikh d'agression sexuelle

Clément Solym - 19.10.2020

Edition - Justice - Emirats arabes unis - agression sexuelle Emirats - Abou Dabi festival


Le cheikh Nahyan Ben Mubarak Al Nahyan se retrouve vilainement sous le feu des projecteurs : la directrice du festival littéraire britannique Hay a annoncé que l’événement ne collaborerait plus jamais avec Abou Dabi. Selon elle, le cheikh s’est rendu coupable d’agression sexuelle, alors qu’ils travaillaient ensemble. 



Dans une déclaration reprise par l’Associated Press, Caitlyn McNamara affirme avoir été victime des agissements de celui qui occupe le poste de ministre de la Tolérance aux Émirats arabes unis. Les faits remonteraient à février dernier : la directrice s’était rendue aux Émirats pour travailler au lancement d’un festival littéraire, en partenariat avec Hay. Et lors d’une rencontre isolée, dans la villa du cheikh, ce dernier aurait tenté d’abuser d’elle.

Le cheikh aurait proposé à la directrice une montre Tag Heuer incrustée de diamants d’une valeur de 3500 £ avant de l’agresser. La scène se déroulait dans une chambre, et la victime assure qu’elle a été jetée sur le lit, avant que l’on tente de lui enlever sa robe. Elle est parvenue à s’enfuir avant de regagner son hôtel en voiture. 
 
Les avocats britanniques de l’intéressé nient formellement les assertions, l’agresseur présumé regretterait d’ailleurs les propos, se disant « étonné et attristé par cette allégation ». Aucun autre commentaire sur l’affaire ne suivra, assurent les conseils.

La police métropolitaine britannique confirme toutefois qu’une femme avait pris contact ce 3 juillet pour signaler une tentative de viol. Une plainte a été déposée. La présidente du Hay Festival, Caroline Michel, et les collègues de la victime sont décidés à la soutenir. Et tant que le cheikh sera maintenu en poste, aucune collaboration ne sera envisageable.

« Ce qui est arrivé à notre amie et collègue Caitlin McNamara à Abou Dabi en février dernier relève d’une violence effroyable et d’un abus de confiance autant que de position, hideux », indique la présidente dans un communiqué. 

« Le cheikh Nahyan Ben Moubarak Al Nahyan a fait fi de ses responsabilités ministérielles et a tragiquement sapé la tentative de son gouvernement de collaborer avec le Hay Festival, afin de promouvoir la liberté d’expression et l’autonomisation des femmes », poursuit-elle.

Le festival avait eu lieu ce 25 février, et McNarama était rentrée à Londres le 5 mars. L’affaire qui a explosé dans le tabloïd The Sun, ne cesse de se répandre depuis.   


crédit photo University of Salford Press Office, CC BY SA 4.0


Commentaires
C'est tout à fait étonnant de la part d'une religion qui confine le rôle d'une femme au niveau de l'esclavage... Peut-être un jour faudra-t-il être un peu moins niais et ne pas accepter quand on est une femme un rendez-vous avec des personnes ayant cette moralité...
Mettre la faute sur la victime ? Vraiment ? On en est encore là ?
À mal nommé les choses, on finit par ne rien comprendre. « Étonnant » dénonce l'Islam(isme ?) et donc le fait que personne ne le dénonce : du coup, beaucoup de gens ne se méfient pas. La victime est effectivement une victime, mais sans doute pas du prédateur qu'elle croit...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.