medias

L'Oxford Dictionary appelé à modifier ses définitions du mot "femme"

Clara Vincent - 04.03.2020

Edition - International - sexisme langage dictionnaire - Oxford Dictionary - définition femme sexiste


À l'approche de la journée internationale de la femme le 8 mars prochain, chercheurs et représentants d'associations engagées dans la défense du droit des femmes signent une lettre ouverte. Elle s'adresse à l’éditeur du dictionnaire d’Oxford, Oxford University Press, appelé à revoir ses acceptions du terme « femme », jugées sexistes. 

Pixabay License


« “Bitch” n'est pas synonyme de femme. C'est déshumanisant de qualifier une femme de “chienne” [ou plus vulgairement traduit, salope, Ndlr]. Ce n'est qu'un exemple triste, quoiqu’extrêmement préjudiciable, du sexisme quotidien. Et cela devrait être clairement détaillé dans l'entrée de dictionnaire utilisée pour nous décrire », peut-on lire dans la lettre ouverte, diffusée par le Guardian, ce mardi 3 mars.  

Parmi les signataires figurent plusieurs universitaires, linguistes et aussi spécialistes d'études de genre, ainsi que divers acteurs d'associations engagées dans le droit des femmes, comme la Women's Aid ou Rights of Women. Ils estiment que les termes utilisés par le Dictionnaire britannique pour définir le nom de « femme » démontrent un véritable sexisme.

Or, vu la référence que constitue l'Oxford Dictionay, tant dans ses versions imprimées qu'en ligne, on courrait le risque d'une banalisation du sexisme, devenu ordinaire. L'outil est en effet l'un des dictionnaires les plus consultés, également présent par défaut dans les systèmes d'exploitation d'Apple et de Google (versions anglosaxonne).

« Des synonymes et des exemples tels que ceux-ci, lorsqu'ils sont proposés sans contexte, renforcent les stéréotypes négatifs sur les femmes. C'est dangereux, car la langue a des implications réelles, elle façonne les perceptions et influence la façon dont les femmes sont traitées, » avancent-ils dans leur lettre.

Et de spécifier : « Cela ne mettrait pas fin au sexisme quotidien ni au patriarcat, mais c'est un bon début. »    
 

Campagne #IamNotABitch 


Cette lettre ouverte s'inscrit dans le prolongement de la campagne lancée l'année dernière par Maria Beatrice Giovanardi avec une pétition sur Change.org. À ce jour, elle a récolté plus de 32.000 signatures (au moment de la publication de notre article), avec un objectif de 35.000. 
 


Maria Beatrice Giovanardi espère que cette lettre ouverte adoptée par des acteurs du milieu universitaire contribuera à renforcer son action. D'autant que les accusations de sexisme à l’encontre du dictionnaire britannique remontent... En 2014, Nordette Adams en signalait déjà les définitions douteuses, avec l'exemple du terme « rabbid » (enragé). 

« Selon la première définition d'Oxford, le mot enragé signifie “avoir ou partir d'un soutien extrême ou fanatique ou croire en quelque chose”, et une utilisation typique du mot serait un modificateur du mot féministe : “une féministe enragée”. Ce dictionnaire n'incite pas et ne dit pas que cet usage est courant, mais il présente “une féministe enragée” comme son seul exemple d'utilisation sous la première définition. “Une féministe enragée.” Juste cet exemple. Peut-être qu'en Angleterre, il est courant d'associer “enragée” à “féministe”. J'en doute, mais peut-être », écrivait-elle dans un blog
 

Pouvoirs et responsabilités 


Mais ce n'est qu'en 2016 que la polémique prendra une véritable ampleur, avec la tribune de l’anthropologiste canadien Michael Oman-Reagan sur le site Médium. Il avait répertorié les pires définitions fournies par l'Oxford Dictionary. 

Les rédacteurs du dictionnaire s’étaient alors engagés à revoir certaines des entrées signalées. Depuis, par l’intermédiaire d’une de ses porte-paroles, Oxford University Press a annoncé avoir terminé ses révisions et précisé que les expressions offensantes utilisées pour la définition des termes seront rendues «visibles sur les différentes plateformes au cours des prochaines semaines ». 

« Nos dictionnaires reflètent plutôt que de dicter comment la langue est utilisée. Ceci est uniquement motivé par des preuves de la façon dont les vraies personnes utilisent l'anglais dans leur vie quotidienne. Cette approche éditoriale indépendante signifie que nos dictionnaires fournissent une représentation précise de la langue, même lorsqu'il s'agit d'enregistrer des sens et des exemples d'utilisation de mots offensants ou désobligeants, et que nous n'utiliserions pas nécessairement nous-mêmes », avait fait valoir la porte-parole auprès du Guardian. 

Et de conclure : « Dans les cas où les mots et les usages peuvent être considérés comme offensants, ils sont clairement étiquetés comme tels. Cela aide nos lecteurs à comprendre la connotation des termes lorsqu'ils les recherchent et agit également comme un enregistrement durable de la façon dont la langue évolue. »


Commentaires
Il va falloir changer la définition de Bécasses.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.