L'UE soupçonne une entente illégale chez les éditeurs

Clément Solym - 02.03.2011

Edition - Justice - entente - prix - livre


La commission européenne n'est probablement pas aussi facile à convaincre du bien-fondé du prix unique du livre numérique, que le rapporteur Gaymard a gentiment défendue à l'Assemblée nationale.

En effet, plusieurs sources rapportent que le service de la concurrence de l'UE s'est intéressé de très près à différentes maisons, qui ne sont pas citées, et que des inspections ont eu lieu chez plusieurs éditeurs des pays d'Europe. De forts soupçons pèsent quant à une entente et des pratiques anticoncurrentielles sur le prix des ebooks, explique Amelia Torres, porte-parole de la commissaire à la concurrence, Joaquin Almunia.

« Nous ne citerons pas les maisons d'édition, ni les pays, parce que nous en sommes juste aux débuts de l'enquête. Nous n'en sommes pas non plus à accuser qui que ce soit, et nous n'avons aucune preuve. Nous ferons savoir si nos soupçons sont confirmés. »

Selon 01Net, qui cite le président de la maison Albin Michel, cette véritable rafle proviendrait d'un lobbying exercé par Amazon - et des maisons telles que Flammarion, Gallimard, Hachette ou Albin Michel auraient ainsi reçu la visite des fonctionnaires de la Commission européenne, ainsi que de ceux des services de la conccurrence.

« Cette opération est téléguidée par Amazon. Ils se sont installés au Luxembourg pour ne pas payer la TVA en France et ils voudraient pouvoir vendre les livres à n’importe quel prix comme ils le font aux États-Unis, en proposant des best-sellers à 9,90 dollars. Mais ils n’auront pas nos fichiers ! », explique le patron d'Albin.

Mais alors, le contrat de mandat, négocié pourtant outre-Atlantique et qu'Amazon s'est fait imposer, bon gré mal gré, ça ne marche pas si bien que cela ? Et pour ce qui est des fichiers, quid d'Apple et de son iBookstore ?

Chose amusante : cette enquête diligentée par la Commission fait suite à une même enquête lancée outre-Atlantique et outre-Manche, sur les mêmes problématiques d'ententes sur le prix de vente, mais du côté des revendeurs cette fois-ci.

Or, le délire est complet quand on sait que la loi sur le Prix unique du Livre Numérique est elle-même une émanation du Syndicat National de l'Edition, censée défendre les éditeurs - probablement pas ni les libraires, ni les auteurs - et qu'elle sera elle-même impactée par un lobbying fortement exercé de la part des acteurs américains. (notre actualitté)

Difficile pour le moment de savoir si cette enquête est liée directement à la loi prévue en France, d'autant plus si elle concerne effectivement d'autres maisons d'édition en Europe.

Atlantico rapporte également des commentaires de sources syndicales : « Ces perquisitions sont absurdes, alors que nous sommes dans une bataille mondiale face à des acteurs ultra puissants, la Commission s'est laissée manipuler par les gros sites de vente en ligne de biens culturels sur Internet. »

Contactées par ActuaLitté, plusieurs maisons confirment l'information, annonçant simplement avoir reçu la visite d'inspecteurs venus pour « étudier les stratégies commerciales autour du livre numérique ».

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.