L'Union internationale des éditeurs s'ouvre à la souscription

Julien Helmlinger - 25.03.2015

Edition - Les maisons - Union internationale des éditeurs - Souscription - abonnement - Lecture numérique


A l'occasion du Congrès de l'Union internationale des éditeurs (IPA), qui se tenait ce mardi à Bangkok, le PDG de Scribd, Trip Adler, rappelait qu'il y a « un business énorme à bâtir sur le terrain de la lecture par abonnement ». Pour lui, l'opportunité serait semblable à celle constatée dans les univers de la musique et de la vidéo, mais il pointe que pour la saisir « les éditeurs devraient mettre plus de titres à la disposition du public ».

 

 

Quelques titres en vogue chez Scribd

 

 

Le PDG a confié que le catalogue de Scribd couvrirait aujourd'hui 25 % du marché américain, avec les contributions de maisons comme HarperCollins, Simon & Schuster et Macmillan, mais Trip Adler en voudrait 80 %. Car 65 % de ses annulations d'abonnements seraient causés par un manque en la matière. Malgré les progrès réalisés depuis l'an dernier, « il reste encore un long chemin à parcourir ».

 

Chez HarperCollins, la responsable numérique Chantal Restivo-Alessi préconise aux éditeurs de contribuer aux nouveaux modèles d'affaires, arguant que « si vous ne le faites pas, d'autres le feront et cela ne sera peut-être pas à l'avantage de vos auteurs ou contenus ». Elle a constaté que les lecteurs, via Scribd, se sont penchés sur la backlist de sa maison, au-delà des seuls auteurs phares comme Coelho.

 

Le service de lecture numérique contre souscription Scribd atteint désormais plus d'un million d'usagers non payants à travers le globe, mais ceux disposés à payer pour du contenu se concentrent sur les zones anglophones. Selon Trip Adler, les appareils mobiles constituent les supports de lecture qui présenteraient la plus importante croissance, et qui offriraient également le meilleur potentiel.

 

Par ailleurs, les usagers abonnés consommeraient deux fois plus de livres que les lecteurs « à la carte ». Ils s'appuieraient également davantage sur les recommandations pour choisir un bouquin.

 

« En termes de temps de lecture, les tablettes viennent en premier, en particulier l'iPad, mais les téléphones sont en seconde position et croissent rapidement. La plupart de nos abonnements ne passent plus par notre site web, les lecteurs téléchargent l'app », précise le PDG de Scribd. La politique tarifaire du service est mondiale, 8.99 $, il n'est pas encore prévu de tester divers prix selon les zones géographiques.

 

Aux yeux de Chantal Restivo-Alessi, le modèle serait pertinent, car les jeunes seraient désormais plus friands d'accès que de propriété, par rapport aux biens culturels. En conséquence de quoi, elle prône la multiplication des canaux de distribution, mais aussi l'assurance d'une rémunération viable des contenus.

 

(via TheBookseller)