medias

L'université du Kent prise en flagrant mépris de la littérature pour enfants

Antoine Oury - 03.12.2013

Edition - Bibliothèques - université du Kent - littérature jeunesse - mépris


Comme un bon nombre d'universités américaines, celle du Kent propose un cour de Creative Writing, pour apprendre les règles du récit : c'est une péripétie imprévue qui est pourtant venue interférer dans la promotion de la formation. La présentation du cours, et les explications des professeurs ont été prises en grippe par des Twittos, qui ont jugé les propos méprisants vis-à-vis de la littérature jeunesse.

 


Godard's Contempt for DS

Le Mépris, pas pour les enfants ? (richard winchell, CC BY-ND 2.0)

 

 

Histoire d'attirer le chaland, l'université ne jouait pas sa petite musique sur un rythme piano : au sein du cours de Creative Writing, les professeurs « aiment la grande littérature et ne voient aucune raison pour laquelle nos étudiants ne devraient pas en produire... Nous aimons l'écriture créative, mais également celle qui est pleine de vie, drôle et émouvante. Vous n'écrirez pas de polars best-sellers ou de livres pour enfants en suivant notre programme ».

 

L'auteur jeunesse SF Said, dans le tweet ci-dessus, invective rapidement l'université, afin d'obtenir quelques explications sur ce qu'il juge être une simple erreur de formulation. Après plusieurs jours sans réponse, l'université poste une ligne, roublarde : « Désolé pour la réponse tardive. Nous écrivions des livres pour adultes.»

 

Là, c'est carrément un tollé que l'université a déclenché, et le tweet final, contenant les excuses en bonne et due forme cette fois, a finalement été publié :

 

L'université du Kent a promis de punir le coupable, « qui sera exhibé enchaîné à travers Canterbury, rossé à coups de Hunger Games et de Harry Potter». Gloups.

 

(via The Guardian)