medias

L'urgence “de faire émerger une filière du livre durable en France”

Antoine Oury - 01.09.2017

Edition - Les maisons - livre durable - livre écologie - papier livre environnement


Depuis quelques années, l'édition française met en avant une prise de conscience, par la filière, des enjeux écologiques liés à la production de papier. Le BASIC, Bureau d'Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne s'est penché sur la production de livres, et présentera le 12 septembre prochain les résultats d'une grande étude sur le sujet, doublé d'une conférence réunissant des spécialistes du sujet.

 
 

Pas moins de 581 nouveaux titres sont attendus pour la rentrée littéraire 2017. Moment fort de l’édition française, elle annonce la saison des prix littéraires jusqu’aux fêtes de fin d’année pendant lesquelles quelque 65 millions de livres sont achetés (presque 20 % des ventes de l’année).

 

À l’occasion de la rentrée littéraire 2017, le Basic publie une étude sur les coulisses de la filière du livre : si la littérature française et ses auteurs sont de plus en plus en plus médiatisés, la filière de production du livre, l’évolution des métiers qui la composent, ou encore la provenance de ses principales matières premières restent largement méconnues du grand public.

 

Pourtant, les modes de production actuels du livre et du papier impactent nos sociétés et notre environnement comme l’a récemment rappelé l’actualité : accusation de déforestation de la société canadienne Produits Forestiers Résolu par Greenpeace (poursuivi depuis pour diffamation), responsabilité des plantations intensives d’eucalyptus de l’industrie papetière dans la propagation fulgurante des incendies au Portugal cet été...

 

Pour chaque euro de bénéfice généré par l’édition d’un roman en France, il existe un coût caché environnemental et social de 75 centimes à la charge de la société, principalement à cause de la fabrication du papier. Tel est le résultat d'une étude du Basic (Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne). Intitulée « Un livre français : Évolutions et impacts de l’édition en France », l'étude passe au crible les impacts sociaux et environnementaux des filières de production du papier et du livre, dans les coulisses industrielles de nos bibliothèques.

 

Une logique commerciale qui augmente le gaspillage

 

Au-delà de l’inestimable valeur culturelle qu’il véhicule, le livre est-il devenu un objet de consommation de masse ? En France, la financiarisation de l’édition observée ces 20 dernières années a accéléré la concentration du secteur : en 2014, 3 groupes (Hachette Livre, Editis et Madrigall) se partageaient 50 % du chiffre d’affaires du secteur. Les impératifs de rentabilité à court terme désormais en vigueur sont à l’origine d’un modèle de vente qui favorise le gaspillage : chaque année, plus de 1 livre sur 4 est ainsi détruit (« pilonné ») sans jamais avoir été lu.

 

L'industrie papetière, 3e secteur le plus touché par la destruction d'emplois

 

Dans le même temps, les industries françaises de l’impression et surtout du papier se sont effondrées ces 10 dernières années, au profit de groupes situés dans d’autres pays, en Europe ou dans des pays en développement. 1 emploi sur 3 a disparu depuis 2000 dans l’industrie papetière, 3e secteur le plus touché en France par les destructions d’emplois après les secteurs textile et extractif. Désormais, les fabricants de livres s’approvisionnent majoritairement auprès d’une filière mondialisée du papier dont les impacts environnementaux et sociaux sont peu connus des professionnels comme du grand public.

 

Le Brésil, symbole de la mondialisation du papier

 

Au Brésil, d’où provient la majorité de la pâte à papier nécessaire à la fabrication de nos romans, des conglomérats de taille mondiale exploitent d’immenses plantations d’eucalyptus clonés au détriment de la biodiversité, des paysans locaux et de la ressource en eau.
 

Contre Résolu, Hachette soutient Greenpeace : “Il y a de quoi troubler des éditeurs”

 

Pour un livre durable

 

Plantations de bois certifiées, fibre recyclée ou liseuse, l'étude du Basic montre qu’aucune alternative ne peut à elle seule mettre fin aux impacts sociétaux constatés. Elle conclut sur le besoin urgent de faire émerger, avec tous les acteurs, une filière du livre durable en France qui prenne en compte plusieurs dimensions, entre autres : une remise en question du système de surproduction des livres, un soutien public à la filière du recyclage papier, et une reterritorialisation des étapes de fabrication et d’impression.


9h30 - 9h45 : Accueil et introduction
Modération par Jean Merckaert (Revue Projet)
9h45 - 10h15 : Présentation « Un livre français. Évolutions et impacts de l’édition française » Par Marion Feige-Muller (Le Basic)
10h15 - 11H00 : Table-ronde Avec les interventions de : Gilles Colleu (Éditions Vents d’ailleurs et imprimerie Yenooa) Daniel Vallauri (Fonds mondial pour la nature (WWF) Un représentant d’un syndicat de la filière papier en France (en cours de confirmation)
11H00 - 11H30 : Questions & réactions

Mardi 12 septembre 2017, de 9h30 à 11h30
À la Fondation Charles Léopold Mayer - 38, rue Saint Sabin - 75011 PARIS
Sur invitation, inscription obligatoire ici / 01.43.14.75.84