La Banque centrale d'Irlande écorche l'Ulysse de Joyce

Julien Helmlinger - 12.04.2013

Edition - International - James Joyce - Commémoration - Erreur


Tandis que tous les 16 juin, à l'occasion du Bloomsday, les inconditionnels de l'Ulysse de Joyce rendent inlassablement hommage au « roman du 20e siècle », la Banque centrale d'Irlande a quant à elle entrepris récemment de battre monnaie à l'effigie de l'écrivain. Une pièce de 10 euros commémorative, en argent, mais qui a provoqué une certaine stupeur chez les puristes du chef d'oeuvre moderniste, car la citation qui orne la pièce comporte une erreur.

 

 

 

 

 

La pièce commémorative a été lancée lors d'une soirée privée à Dublin, dans les locaux de la Newman House, au coeur du parc St Stephen's Green. Sa frappe a été limitée à un maximum de 10.000 unités, et elle est vendue au prix de 46 euros à la Banque, Dame Street dans le centre dublinois. Un espace vert que fréquentait autrefois James Joyce, lorsqu'il était élève à l'University College de la ville.

 

Comme l'a annoncé le gouverneur de la Banque centrale, Patrick Honohan : « La conception de la pièce, combinant le portrait et la citation d'une manière originale, reflète Joyce comme étant resté l'une des figures de proue du mouvement moderniste. »

 

James Joyce, dans le troisième chapitre d'Ulysse, avait écrit : « Ineluctable modality of the visible: at least that if no more, thought through my eyes. Signatures of all things I am here to read. » ( Inéluctable modalité du visible : tout au moins, cela, sinon plus, qui est pensé à travers mes yeux. Signatures de tout ce que je suis appelé à lire ici. )

 

Mais dans la composition de leur pièce commémorative, s'est malencontreusement glissé un « that » de trop, parmi les mots de la seconde phrase. Une erreur pas si grave que cela, en ce sens qu'elle ne dénature rien au sens de la phrase. Néanmoins, la Banque centrale a expliqué dans un communiqué du 10 avril, regretter cette erreur. Arguant que l'oeuvre se voulait une représentation artistique de l'auteur et non une transposition littérale.

 

Pour un homme qui géra le James Joyce Center, Mark Traynor, il y aurait finalement un peu de l'écrivain dans cette erreur. Et celle-ci apporterait finalement une valeur ajoutée, si l'on considère qu'elle a fait parler de la création commémorative, bien plus que si il n'y avait pas eu de scandale.