La Banque nationale de Suisse perturbe l'industrie du livre

Cécile Mazin - 30.01.2015

Edition - Economie - Suisse livres - économie éditeurs - lecteurs librairies


Voilà deux semaines, la Banque Nationale suisse a décidé d'une réévaluation du franc suisse. Une appréciation qui entraîne des modifications économiques sur différents secteurs, dont l'édition, bien entendu. La BNS ayant choisi de modifier la parité existante avec l'euro, on parle d'un tsunami financier, rompant avec la tradition du taux plancher de 1,20 franc suisse pour 1 euro. 

 

 

währungskrise

 (Martin Abegglen, CC BY-SA 2.0)

 

 

La Tribune de Genève a sollicité plusieurs acteurs de la chaîne du livre, diffuseurs, éditeurs et libraires, pour commenter cette modification du statu quo économique. C'est que, pour les lecteurs, l'adaptation du taux de change devrait entraîner une baisse du prix de vente des livres, autrement dit, du tout bon. Surtout que les livres français vendus chez les Helvètes sont plus chers : une marge prise en compte pour assurer charges et salaires de l'édition, plus élevés chez nos voisins.

 

Or, note Simon Kummer, directeur général adjoint de Dargaud Suisse, il importe de conserver une marge de 20 % entre le taux de change réel, et le taux de conversion. Dans les jours qui viennent, les maisons prendront les décisions qui s'imposent.

 

Chez les libraires, la situation est plus préoccupante : on attend que les diffuseurs aient opéré leurs modifications dans les taux de change, et c'est sur les nouveautés que le prix baissera en premier. Sauf que les établissements risquent une certaine perte de chiffre d'affaires, qui se doublera d'une perte sur les marges – avec des conséquences sur l'emploi, vraisemblablement.

 

ActuaLitté a joint l'Association suisse des diffuseurs, éditeurs et libraires qui n'était manfestement pas pressée de répondre.