La bibliothèque d'Alexandrie attaquée par des Frères Musulmans

Nicolas Gary - 15.08.2013

Edition - International - Mohamed Morsi - bibliothèque d'Alexandrie - Frères musulmans


Les premiers rapports venant d'Égypte expliquent que des groupes de militants, membre des Frères musulmans, s'en seraient pris à la bibliothèque d'Alexandrie. À l'occasion d'affrontements qui se sont déroulés hier dans la ville, l'établissement aurait essuyé des rafales de tirs, alors que les militants avaient assiégé l'établissement.

 

 

Bibliotheca Alexandrina -- Library outer view - 2

Bibliothèque d'Alexandrie

@bastique, CC BY SA 2.0

 

 

Après le départ du président Mohamed Morsi, qui venait des Frères musulmans, c'est une journée meurtrière qu'a connu le pays, avec 464 mors selon un bilan officiel. Une manifestation de soutien au président déchu aura occasionné ces affrontements, qui ont fait 421 victimes civiles souligne l'AFP, alors qu'on compterait plus de 3500 blessés dans tout le pays. Depuis que le président Hosni Moubarak avait été renversé en 2011, l'Égypte n'avait pas connu pareil massacre. 

 

La présidence a annoncé avoir instauré, pour un mois, un état d'urgence, pour faire face aux menaces et autres actes de sabordages que des groupes extrémistes organisent. 

 

À Alexandrie, on dénombrait neuf morts survenues lors des affrontements. Selon El Watan, la bibliothèque, qui abritait un journaliste, a cependant bien fait l'objet d'une attaque d'un groupe des Frères musulmans. Une information que de nombreux témoins évoqués par l'AFP confirmeraient. 

 

De même, un journaliste de l'AFP, via Twitter, présente une photo d'un graffiti, sur l'un des murs de l'établissement, hostile au général Abdelfattah al-Sissi

 

 

 

Actuellement chef de l'armée, et homme fort de l'Égypte, ce dernier escomptait manifestement que les partisans de Morsi abandonnent le combat. Cependant, les Frères musulmans ont appelé à une nouvelle vague de manifestation, avec un départ de la mosquée Imane ce jour. Ils réclament évidemment le retour de Mohamed Morsi.

 

En février 2011, l'établissement avait déjà été pris d'assaut, mais un mouvement de solidarité s'était initié. « La bibliothèque est en sécurité, grâce à des jeunes d'Égypte, que ce soit le personnel de la bibliothèque ou des manifestants, qui se joignent à nous dans la protection de l'établissement contre les vandales et les pilleurs possibles », expliquait Ismail Serageldin, directeur de l'établissement.

 

Avec le Musée du Caire, la bibliothèque avait subi l'assaut de pillards, et ne devait finalement son salut qu'à la mobilisation de ces jeunes. Une véritable chaîne humaine s'était constituée autour de l'établissement pour le protéger.

 

Les forces armées ont été hier dépêchées pour venir protéger l'établissement, et l'on compte qu'un policier a été grièvement blessé par balle lors des échanges de tirs.