La Bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs rouvre ses portes 

Camille Cado - 04.03.2019

Edition - Bibliothèques - MAD musée réouverture - MAD accessibilité aménagement - Bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs


Ce lundi 4 mars 2019, la Bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs, située rue de Rivoli à Paris, a rouvert ses portes après 9 mois de réaménagement. Elle accueille de nouveaux espaces et des modalités inédites de consultation, pour un accès facilité à l'ensemble des ressources du musée. Les usagers peuvent désormais consulter les livres, les périodiques, les archives, les dossiers documentaires ainsi que la base des œuvres du musée dans un seul et même lieu. 


(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)



Pendant 9 mois, des chantiers d'envergure ont été conduits afin de permettre au public une approche plus globale de toutes les ressources documentaires du Musée (livres, archives, dossiers documentaires…) Un réaménagement qui a vocation d'attirer « un plus large public » pour cette bibliothèque « trop peu connue », confie Chantal Lachkar, directrice de la bibliothèque. 

Pour se faire, la bibliothèque a ouvert deux nouvelles salles, dites de « libres-accès » qui accueillent les livres initialement conservés dans les bureaux de la documentation. « Au départ, il y avait un centre de documentation — qui était au 5e étage dans les bureaux — et une bibliothèque », explique la directrice. Un ensemble disparate sur deux fronts qui entravait l'accessibilité des ressources. La bibliothèque a donc décidé de redescendre les documents pour que le public bénéficie de leur libre accès.

Sur 300.000 références, seuls 10.000 ouvrages ont été redescendus pour le moment, c'est pourquoi « ces salles sont seulement une vitrine du travail des chercheurs contemporains sur les beaux-arts en général », reprend Chantal Lachkar. 

La salle principale de lecture, située au rez-de-chaussée de l'aile de Marsa, fait la part belle aux publications dans les domaines de la mode et du design. Un secteur très contemporain mis en avant manifeste de la volonté de la bibliothèque d'attirer un large public. Dans la seconde salle d'accès libre, on retrouve plus de 60 périodiques. 
 
 
Enfin, une troisième salle a été entièrement rénovée, il s'agit de la salle dite du Cabinet de l'amateur. La pièce a été complètement pensée et adaptée aux consultations des archives et des dossiers documentaires sur rendez-vous. Elle a la possibilité d'accueillir 6 chercheurs, ainsi qu'une documentaliste. Ce nouvel espace leur permet d'avoir accès aux documents d'archives, mais aussi — et c'est une nouveauté — aux œuvres d'archives. 
 

Sur les traces de Jules Maciet


La célèbre collection de Jules Maciet (1874-1911) tapisse les murs de la bibliothèque. Il s'agit d'une encyclopédie par l'image, réunissant une masse considérable de documents, de gravures et de photographies. Ce sont près de 5000 albums (organisés en 493 catégories, puis sous catégories) comprenant en tout 1 million d'images. « Une source impressionnante pour l'histoire de la photographie, un Wikimédia avant l'heure », précise la directrice.

Le projet de Jules Maciet était de créer une encyclopédie facile d'accès pour les travailleurs, la bibliothèque étant initialement installée place des Vosges, près des artisans. Pour cela, « Il faudrait des images, beaucoup d’images », avait-il affirmé. Ainsi, de 1885 à 1911, date de sa mort, Jules Maciet devient « chasseur d’images » et réunit des centaines de milliers de gravures, photographies, documents de toutes provenances tirés de catalogues, livres et revues. Il les découpe, les trie et les colle dans de grands albums et imagine une classification méthodique dans l’esprit encyclopédique du XIXe siècle.

Après sa mort et jusqu’en 1996, les conservateurs de la bibliothèque ont poursuivi son œuvre et continué à alimenter certaines séries : Mode, Écriture et imprimerie, Mobilier, Orfèvrerie.

Jules Maciet voulait faire de cette encyclopédie par l'image une source d'inspiration pour les travailleurs. Une façon aussi de recenser tous les savoirs et savoirs-faire du monde. « Le lien entre la bibliothèque et l'industrie est très fort », affirme Chantal Lachkar, avant d'ajouter « c'est un projet utopique qu'il s'agit de suivre ».
 
Et en effet, les rénovations architecturales et informatiques s'inscrivent dans la continuité de son projet social. « On voulait mieux exploiter toute la richesse des ressources, et ainsi, ouvrir la bibliothèque, non pas à un groupe d'élite ou de chercheurs, mais à tous les usagers », reprend la directrice. 

L'année dernière, une partie de la collection Maciet a été recouverte de papier peint à motif par le plasticien Mehryl Levisse. L'artiste avait proposé une nouvelle grille de lecture de l'organisation de l'encyclopédie en recouvrant les ouvrages par thèmes. Il a recouvert les premiers volumes, à la fois pour l'attrait visuel, mais aussi pour faciliter l'accès aux ouvrages. « C'est un travail artistique qui représente un intérêt pour les adeptes des arts décoratifs, aussi bien pour les professionnels que le grand public », insiste-t-elle. 

 
Fondée en 1864 par l’Union Centrale des Arts Décoratifs, la bibliothèque est devenue un lieu de référence et de recherche à destination d’un large public d’étudiants, historiens et critiques d’art, mais aussi d’architectes, graphistes, designers, stylistes, décorateurs de théâtre, experts, commissaires-priseurs ou simples amateurs. Elle possède un fonds riche de livres imprimés, de catalogues d’expositions et de vente, de périodiques, d’estampes, d’ephemera et de photographies, d’archives et de dossiers documentaires allant du XVIe au XXIe siècle.

<

>


 



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.