“La bibliothèque n’est pas une tour d’ivoire réservée à quelques élus”

Clément Solym - 11.03.2019

Edition - Bibliothèques - Library Congress - bibliothèque savoir public - ouverture bibliothèque public


« Nous souhaitons inciter d’autres personnes à devenir historiens, encourager les jeunes à la curiosité, à devenir des détectives de l’histoire. [...] Nous essayons de construire la nouvelle génération. » La rénovation que doit connaître la Bibliothèque du Congrès, aux États-Unis, sonne-t-elle la fin et le début d’une ère ?

Library of Congress
Steve Moses, CC BY 2.0

 
En 2016, Carla D. Hayden est devenue la 14e bibliothécaire responsable de l’établissement. Depuis son arrivée, une exposition sur le baseball a été organisée, le jour où Washington accueillait le All-Star Game. Et en mai dernier, l’établissement a ajouté la plus importante collection de bandes dessinées à son fonds, incluant les aventures de Mickey Mouse... Une révolution.
 

“Le palais du savoir”


Après deux années et demie de mandat, Hayden semble tenir les engagements pris : rendre la Library of Congress plus attractive auprès du public. Le « palais du savoir » doit être plus engageant, redorer son image pour convaincre que la bibliothèque n’est pas réservée aux chercheurs. Et orienter son action pour devenir une sorte de musée des lettres américaines.

Avec ce triple projet, bien connu des rhéteurs : plaire, émouvoir, instruire.

« Les gens ne savent pas qu’il se trouve quelque chose à la Bibliothèque du Congrès qui est fait pour eux. Nous avons bâti un véritable palais de la connaissance et voulons qu’il rivalise avec tous ceux des villes européennes » , indique Carle Hayden. Consciente, cependant, que pour ce faire, il faut « laisser entrer les gens et être inspirés. C’est ce pour quoi le lieu fut conçu ».

Avec 10 millions $ de budget alloué à sa réhabilitation – et notamment la réfection totale de l’immeuble Thomas Jefferson – la Library of Congress entend réaliser d’autres ajustements qui faciliteraient la venue du public. Et, pourquoi pas, de touristes ? L’établissement devrait investir 30 millions $ supplémentaires, dont 20 millions $ de dons privés, à l’avenir. 
 

Évoluer... sinon quoi ?


Cette nouvelle politique répond aux besoins d’évolution des lieux : une mission nouvelle, où la bibliothèque patrimoniale devient un endroit où le public renoue avec l’histoire et le passé. Parce que dans un monde où internet peut fausser la réalité, préserver le passé ne suffit pas : il faut parvenir à intéresser. Sinon, qu’adviendra-t-il de vieux journaux et d’anciens manuscrits ?

Une approche qui inquiète, bien entendu : les réticents redoutent que l’on sacrifie l’événementiel au savoir. Qu’une avalanche d’expositions ne finisse par l’emporter sur les objectifs de conservation. La mission académique d’une bibliothèque patrimoniale peut-elle s’accommoder d’un plus grand volume de visiteurs curieux, venus sans trop savoir, comme des badauds ?

Le projet de Carla Hayden et de son équipe n’est pas encore validé, et il faudra compter sur les forces de résistance. Après tout, assure-t-elle, « la bibliothèque a une longue tradition d’expositions. Il faut essayer de le faire de manière plus moderne ». 

En 2017, la LoC avait accueilli 1,9 million de visiteurs contre 1,6 en 2013. « Ce n’est pas une tour d’ivoire pour des élus. C’est une bibliothèque populaire », assure A. Scott Berg, écrivain et historien. « Il s’y trouve des centaines de milliers de documents épatants. C’est une partie du projet de Hayden, qui souhaite partager cette vocation avec le public américain. » 

via Washington Post

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.