La Bibliothèque nationale d'Alger fermée en raison d'une mystérieuse odeur

Julien Helmlinger - 28.06.2013

Edition - International - Algérie - Bibliothèque nationale - Fermeture


La Bibliothèque nationale d'Algérie s'est vu ordonner fermeture temporaire par la wilaya locale et ne devrait pas réouvrir avant le 7 juillet prochain. Une mesure qui fait suite à des plaintes émises par le personnel du service public, depuis le mois de mai, au sujet d'odeurs nauséabondes de provenance encore non identifiée. Et si cela ne sentait déjà pas bon pour la lecture, le phénomène ne serait pas sans répercussions sur la santé des employés. 

 

 

 

 

Les mystérieuses odeurs seraient apparues depuis le 12 mai dernier, du côté du restaurant, sans que les membres du personnel n'aient été en mesure d'en déterminer la cause. Et ces émanations désagréables auraient eu des incidences sur la santé des employés. Ont notamment été évoqués des cas d'étourdissements, de démangeaisons ou d'éternuements. 

 

Face à cette situation persistante, le syndicat de la Bibliothèque, affilié à l'Union générale des travailleurs algériens, s'est réuni le 28 mai. Il a préconisé deux jours plus tard au personnel de ne plus se rendre sur leur lieu de travail à partir du 2 juin. Les responsables de la Bibliothèque ont finalement réagi quelques jours plus tard, envoyant sur place la protection civile

 

Désormais, le centre de criminologie de la gendarmerie nationale de Bouchaoui est chargé de l'enquête, et l'établissement public attend les résultats des analyses. Selon le journal arabophone Ennahar, la société en charge du gaz et de l'électrivité, Sonelgaz, et celle qui fournit l'eau, Seaal, s'en laveraient les mains. Tandis que l'entreprise Naftal, qui distribue du carburant, a pris mesure préventive en fermant les portes d'une station d'essence voisine.

 

(via Algérie Focus)