La bibliothèque nationale d'Australie poursuivie par la victime d'un pédophile

Clément Solym - 11.07.2018

Edition - Bibliothèques - artiste Donald Friend - Bibliothèque nationale Australie - pédophilie Australie procès


Sale temps en Australie, alors que la bibliothèque nationale est poursuivie par une victime d'abus sexuels. Un citoyen originaire de Bali, âgé d’une cinquantaine d’années, affirme qu’il a été victime de l’artiste Donald Friend, alors qu’il n’avait que 10 ans. La bibliothèque nationale a publié le journal de Friend, qui évoque les événements.



Dessin de Donald Friend


 

Donald Friend, né le 6 février 1914, est décédé en août 1989 à Sydney. Artiste et auteur d’un journal très connu : il appréciait tout particulièrement dessiner des garçons nus. Mais sa réputation artistique fut à plusieurs reprises entachée d’accusations de crimes sexuels. En Australie, son nom est souvent associé à pédophilie – voire, comme l’évoque la presse, le plus célèbre pédophile du pays. 

 

Le grand public n’a d’ailleurs pris conscience de cette dimension que tardivement, et son travail depuis n’est désormais plus exposé dans les grandes villes australiennes. 

 

À sa mort, la National Library of Australia avait reçu ses journaux, avec pour condition qu’ils soient publiés. Dès 2006, sortent alors les quatre tomes de cette œuvre, et notamment une période où il vécut à Bali. Or, dans ses écrits, on retrouve des détails faisant état de ses rencontres avec plusieurs jeunes garçons – incluant le plaignant. 

 

L’avocat de la victime présumée a ainsi demandé à la NLA de fournir une indemnisation, pour le choc et le traumatisme subis, après la publication des livres. En effet, la commercialisation du tome 4, où sont évoqués ces épisodes s’opérerait « en violation des lois de l’État australien et des lois de la République d’Indonésie, ainsi que des droits de l’Homme », pointe l’avocat.


Australie, faire renaître les bibliothèques
de leurs cendres

 

N’ayant lui-même jamais donné son autorisation, ni été sollicité pour ce faire, la victime demande des dommages-intérêts. 

 

« Je suis en colère parce que personne ne m’a demandé mon autorisation pour écrire des choses à caractère sexuel me concernant dans un livre. Pas plus que je n’ai donné mon approbation alors qu’il a été mis en vente », indique la victime.

 

« Cela me fait honte, et peut-être que le monde entier, ou à défaut, toute l’Indonésie sont au courant. Je vais désormais avoir une terrible réputation dans mon pays. »


Pour l’heure, la Bibliothèque n’a apporté aucun commentaire. De même, l’éditeur qui fut chargé de sa distribution référence les quatre tomes comme étant épuisés.

 

via ABC




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.