La Bibliothèque nationale de Chine archivera l'internet du pays

Maxim Simonienko - 23.04.2019

Edition - Bibliothèques - stockage informations chine - bibliothèque nationale chine - sina weibo censure


La Bibliothèque nationale de Chine (BnC) a engagé la construction de sa première base de stockage d'informations sur Internet. Afin de mener à bien ce projet, elle collaborera avec Sina, le plus grand portail de divertissement en langue chinoise. L'ensemble des données récoltées rejoindront le système national de collecte et de stockage des ressources d'information sur Internet.
 

Bibliothèque nationale de Chine (Shanghai.Dennis - CC BY-SA 2.0)

 


Un archivage massif de données


Il est loin maintenant, le temps où la Chine découvrait à peine les bienfaits d'Internet, en 1994. Deux ans seulement après son accessibilité dans le pays, près de 200.000 utilisateurs avaient déjà adopté le réseau (données relevées par le chercheur Teng Biao, voir à cette adresse).

Quelques années et internautes supplémentaires plus tard, le site de Sina représenterait plus de 210 millions d'articles sur l'actualité, plus de 1,3 milliard d'éléments d'informations multimédias et plus de 8 milliards d'échanges (chiffres décembre 2018). De quoi donner le vertige en effet... Pourtant, c'est ce nombre colossal de contenus que la Bibliothèque nationale de Chine compte préserver dans une base de données.

Et elle ne compte pas s'arrêter là. En effet, l’établissement stockera également les données du réseau social Weibo, lui-même partenaire de Sina. Le site de multiblogage récolte à lui seul plus de 200 milliards de blogs, 50 milliards d'éléments d'informations multimédias et près de 500 milliards de commentaires.
 

Un stockage sous étroite surveillance politique


Selon Rao Quan, le conservateur de la BNC, le but de cette entreprise viserait à « enregistrer le développement de la civilisation et les derniers fruits de la civilisation chinoise ». Néanmoins, M.Quan a tenu à rappeler que la bibliothèque aurait besoin davantage d'acteurs afin de stocker la masse énorme de données. 

L'arrivée au pouvoir du président communiste Xi Jinping a marqué un tournant dans l'utilisation Internet en Chine. Grâce à une campagne dénonçant des contenus jugés inappropriés par les autorités (pornographie, jeux d'argent, fausses informations, dissensions politiques...), il a réussi à étendre son emprise sur le contenu en ligne de son pays.

Aujourd'hui, l’espace Internet de la Chine, qui comptait 829 millions d’utilisateurs à la fin de 2018, constitue un héritage unique de données soumises au contrôle du gouvernement, avec des médias sociaux et d’autres contenus en ligne fortement réglementés et censurés.
 

Sina, un stockage sur une base sélective comme Twitter ?


Un projet de stockage d'informations similaire à celui de la BnC et de Sina avait vu le jour à la Bibliothèque du Congrès des États-Unis. Cette dernière avait archivé une collection complète de tous les articles publiés sur Twitter depuis sa création, en 2006.
 

Cependant, suite à une augmentation soudaine des données en volume des tweets, le stockage se fait sur une base sélective, depuis décembre 2017. Si les partenaires viennent à manquer, il est fortement possible que la BnC en vienne au même modèle face au nombre conséquent de données à stocker.

via South China Morning Post, Xinhua.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.