medias

La bibliothèque numérique américaine fait jaser les bibliothécaires

Julien Helmlinger - 24.04.2013

Edition - Bibliothèques - Digital Public Library - Etats-Unis - Bibliothèque numérique


La Digital Public Library of America a été mise en orbite, le 18 avril, avec pour objectif de permettre au public de naviguer et faire ses recherches dans le patrimoine culturel numérisé de dizaines d'institutions américaines. Une semaine après le lancement du service, le Library Journal a fait état d'un premier lot de réactions de bibliothécaires. Si les premières impressions partagées sont globalement positives, ont néanmoins été soumises quelques suggestions d'amélioration et d'affinement pour cette version bêta du portail.

 

 

 

 

Premières manifestations d'enthousiasme sur les réseaux, tandis que Rachel Frick, directrice du Digital Library Federation Program, membre Council on Library and Information Resources (CLIR), a annoncé via Twitter que la page d'accueil de la DPLA a généré un demi-million de vues par heure.

 

Un portail ouvert vers d'autres destinations

 

Pour Jason Griffey, professeur et responsable d'une bibliothèque au sein de l'université de Tennessee, et qui a passé deux ans à observer le développement du service, il s'agirait d'un « succès énorme ». L'homme se félicite notamment que, de par son interface de programmation (API) publique, la DPLA soit avant tout une plateforme plutôt qu'une destination en soi.

 

La porte est donc ouverte aux autres bibliothèques qui voudraient mettre à profit les informations stockées ou contribuer à la base de données. Divers programmeurs s'attellent d'ores et déjà à la libération de programmes et applications mettant à profit cette API. 

 

Quelques bémols dans la partition

 

Mais ce portail en phase bêta ne va pas sans certains défauts que les regards les plus critiques n'ont pas attendu de placer dans leur collimateur. Ainsi, Jessamyn West, auteure et bibliothécaire, regrette que la plateforme soit tournée davantage vers les bibliothécaires que vers le public.

 

Quand d'autres commentateurs pointent des erreurs et inexactitudes dans la base de données, comme la photo d'un anonyme joueur de base-ball se retrouvant parmi les illustrations, et reliée à la thématique de la protection environnementale...

 

Et Sarah Nagle, bibliothécaire au sein de la Carver County Library dans le Minnesota, de souligner les préoccupations au sujet du financement à long terme du projet. Tout cela n'est qu'un grand commencement...

 

Via The Digital Shift.