La BnF accusée de licenciement abusif

Clément Solym - 29.03.2012

Edition - Bibliothèques - BnF - licenciement abusif - CGT FSU


Les deux syndicats majoritaires auprès des employés de la Bibliothèque nationale de France, la CGT (Confédération Générale du Travail) et la FSU (Fédération Syndicale Unitaire), ont annoncé le boycott de toutes les instances décisionnelles de l'établissement pour protester contre le licenciement jugé abusif d'un employé de la BnF, jugé coupable d'insuffisance professionnelle malgré ses 21 ans d'ancienneté.

 

Fin février, dans une atmosphère générale déjà jugée « délétère » par la FSU, la Direction de la Bibliothèque nationale de France procède au licenciement d'un agent contractuel âgé de 57 ans, pour insuffisance professionnelle. Ainsi, dénonce la FSU, « la Direction a décidé en février dernier de licencier un collègue très proche de la retraite de façon particulièrement abusive et sans réellement parvenir à le justifier auprès des différentes organisations syndicales mobilisées à cet effet lors d'une CCPC (Commission Consultative Paritaire des Contractuels) ».

 

Au vu de l'ancienneté de l'intéressé, les organisations syndicales ont rencontré les décideurs lors d'une Commission Consultative Paritaire des Contractuels (CCPC). Problème : ces derniers ne sont pas parvenus, d'après la FSU, à justifier ce licenciement.

 

 

Suite à ce silence plutôt éloquent dans son genre, la FSU et la CGT ont décidé de boycotter les instances officielles de dialogue social au sein de la Bibliothèque, pour dénoncer l'« exemple » que veut faire la direction de ce licenciement. La CFDT et SUD, syndicats minoritaires dans l'institution, se sont rangés aux côtés de la direction. Le fait que l'agent licencié soit âgé de 57 ans n'arrange rien à l'affaire, et pourrait bien mettre la direction dans une situation délicate.

 

La FSU et la CGT demandent « des mesures appropriées » ainsi que la réintégration de leur collègue et le respect de sa « dignité professionnelle » avant de collaborer à nouveau avec la direction. Un tract rédigé par la FSU et la CGT est disponible sur le blog Bibliothèques en lutte. Contactée par Actualitté, la direction de la BnF a confirmé par mail avec un sens de la précision remarquable que « 3/5 organisations syndicales ont refuse de sieger au CT prévu le 27 mars a la suite du licenciement d'un agent. »


Selon nos informations, la direction de l'établissement tente de passer en force en s'appuyant sur deux syndicats minoritaires, la CFDT et SUD. Ce procédé ne devrait pas avoir de réel avenir attendu que ces syndicats ne sont pas représentés partout. On redoute alors le Conseil d'administration de demain qui va s'avérer particulièrement pénible pour l'administration qui devra rendre des comptes devant les tutelles...