medias

La BnF récompensée pour son innovation avec Gallica

Cécile Mazin - 01.03.2013

Edition - Bibliothèques - récompense - innovation - Gallica


Les bibliothèques de l'université de Stanford, située dans la Silicon Valley aux États-Unis. Le jury qui est à l'origine de ce prix a ainsi décidé de récompenser la BnF, après que sa présidente, Lynne Brindley, ancienne directrice de la British Library, a reconnu les qualités de l'établissement. Aux côtés de la Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, l'établissement français a reçu un prix pour son innovation. 

 

 

 

 

Cette récompense salue en effet des programmes, des projets ou des services « de nature radicalement novatrice, destinés aux bibliothèques de recherche partout dans le monde ».  Ainsi, Michael Keller, Directeur des bibliothèques de l'Université de Stanford, considère que le résultat de cet appel à candidature présente « le signe évident qu'en se lançant dans l'ère du numérique, la communauté des bibliothèques de recherche est capable de grandes innovations et enrichit de manière extraordinaire l'environnement de la recherche et de l'étude », souligne la BnF dans un communiqué. 

 

La Bibliothèque nationale de France est récompensée à la fois pour Gallica et pour data.bnf.fr. Grâce à Gallica, la BnF promeut son patrimoine culturel sous forme numérique en répondant aux besoins des chercheurs comme à ceux d'un public plus large, et ce, dans un environnement en rapide évolution et hautement concurrentiel.  Le service data.bnf.fr utilise l'approche du Web sémantique pour intégrer de nombreux catalogues et outils de recherche de la BnF, et donne ainsi accès à la richesse de ses collections, y compris Gallica, par un canal unique et performant. Gallica et data.bnf.fr permettent aux moteurs de recherche d'attirer un public plus large vers la BnF numérique.

 

Mais l'on serait de bien piètres vainqueurs si l'on ne reconnaissait pas les qualités que le Stanford Prize for Innovation in Research Libraries a reconnues à nos voisins espagnols. 

 

En Espagne, la Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, qui a vu le jour en 1999, est un outil de diffusion électronique de la culture hispanique. Située à l'université d'Alicante, la bibliothèque publie des contenus de grande qualité, tels que ses propres éditions critiques de textes originaux, consultables par l'ensemble de la communauté scientifique. La Biblioteca répond aux nouveaux défis posés par les bibliothèques numériques avec une ergonomie plus conviviale comportant une architecture privilégiant les services et basée sur le développement de logiciels libres.

 

Dans un communiqué, la ministre de la Culture a tenu à saluer cette réussite attestant de l'exception culturelle française - acte 1 ou 2 qu'importe le flacon, on a l'ivresse. « En attribuant son prix à la bibliothèque numérique Gallica et au moteur de recherche data.bnf.fr., l'Université de Standford, qui a participé à l'élaboration de l'Internet, rend hommage à la politique de numérisation, et de diffusion que la France mène depuis de nombreuses années pour rendre aisément accessible au plus grand nombre l'ensemble de son patrimoine culturel », souligne Aurélie Filippetti.

 

D'autres mentions ont été accordées, notamment la Griffith, dont le pôle de recherche a été salué. La New York Library a été saluée pour « sa fonction interne de micro-société et le nombre impressionnant de ses projets ».