La Book House de Stuyvesant Plaza contre le monopole d'Amazon

Julien Helmlinger - 27.02.2013

Edition - Justice - Book House - Amazon - Big Six


Parmi les trois librairies indépendantes qui ont engagé leur « class action » intentée au nom de tous leurs confrères, le 15 février dernier, contre le monopole d'Amazon et les pratiques du Big Six sur le marché de l'ebook, on dénombre la Book House basée à Albany, chef-lieu de l'Etat de New York. Les exclusivités Kindle et les restrictions d'interopérabilité liées à l'utilisation des DRM se retrouvent au coeur de la plainte déposée devant la U.S. District Court, qui dénonce une atteinte à des consommateurs privés de leur choix.

 

 

Creative Commons (CC by 2.0)

 

 

Les accords passés entre Amazon et autres maison d'édition, limitant la disponibilité de certains titres aux seuls appareils Kindle, auraient permis à la gamme de readers de peser désormais plus de 60 % de son marché. Tandis que les trois enseignes indépendantes entendent bien mettre un terme aux pratiques décriées, et se faire indemniser par le tribunal, le cabinet Blecher & Collins représente les plaignants face aux géants.

 

Parmi les plaignants on retrouve Susan Novotni, propriétaire de la Book House, qui se serait déjà engagée en 2012 dans une lettre adressée au Department of Justice, contre le monopole d'Amazon, mais en épargnant les éditeurs du Big Six.

 

Comme l'a exprimé le procureur Alyson Decker : « Si vous êtes un libraire indépendant, vous ne pouvez pas vendre une version du Big Six qui va fonctionner sur le Kindle. [...] Les consommateurs doivent l'acheter via Amazon. Ils peuvent acheter un livre relié, mais pas un ebook. »

 

Deux membres du Big Six ont commenté publiquement le procès. Du côté de Simon & Schuster, a été affirmé que la plainte était infondée et que les libraires feraient mieux de travailler avec eux pour « développer leur business plutôt que le litige ». Et Hachette s'est défendu en invoquant son engagement au côté de l'American Booksellers Association, pour aider les indépendants. Amazon, et les autres éditeurs concernés n'ont pas encore livré de réactions aux médias.

 

Tandis que la plateforme d'u géant de l'e-commerce disposerait d'environ 180.000 exclusivités Kindle, la plainte dénonce : « Les plaignants et les autres membres de classe ont perdu des ventes, des bénéfices et de la valeur de leurs entreprises. Ils ont et continueront de subir un préjudice irréparable. »