La Bourgogne orpheline d'un de ses éditeurs phares, L'Armançon

Victor De Sepausy - 02.06.2018

Edition - Economie - Bourgogne région éditeur - éditions Armançon fermeture - édition régionale auteurs


En Bourgogne, la nouvelle résonne durement : les éditions de l’Armançon, maison régionaliste, vont mettre un terme à trente années de publications. Gérard Gautier et son épouse Colette auront mené leur barque, avec cette orientation propre autour de la région et de ses auteurs, natifs ou vivant en Bourgogne. 


Beaune, Bourgogne
Olivier Duquesne, CC BY SA 2.0
 

 

Avec un catalogue de 330 titres, et 120 auteurs, la maison s’était montée à une époque où l’offre était quasi inexistante. À France 3 Bourgogne, l’éditeur explique que la plus grande difficulté « c’est la disparition des petits points de vente dans les territoires, ainsi que la fin des grandes librairies à Dijon ». 

 

En effet, partant de près de 300 points de vente, pour n’avoir plus qu’une centaine aujourd’hui, la présence et la commercialisation des livres se sont restreintes d’autant.

 

Et ce, alors que certains secteurs littéraires ont eux-mêmes perdu de leur intensité. Les librairies perdent du terrain, et le public amateur s’est réduit, poursuit-il. D’autant que « la génération ne s’est pas renouvelée. De même le manque de médiatisation des ouvrages et de la maison d’édition auraient éclipsé sa visibilité ». 

 

Et de pointer la difficulté à obtenir, dans la presque quotidienne régionale, des recensions qui auraient participé à la médiatisation des ouvrages ? 

 

Ne pas confondre Amazonie et Amazon...

 

Pas faute pourtant d’avoir trouvé des auteurs comme Didier Cornaille — aujourd’hui publié par les Presses de la Cité, collection Terres de France — ou encore Lucette Desvignes, qui a fait paraître son dernier livre en avril dernier dans la maison. Et demeure, de l’avis de l’éditeur, « l’une des plus grandes romancières bourguignonnes ». 

 

Dans un communiqué, le président du Conseil départemental de la Côte-d’Or, François Sauvadet, déplore la fermeture de « cette maison d’édition atypique avait œuvré sans relâche à la promotion de la Bourgogne et de ses trésors ». C’était d’ailleurs l’une des missions que la maison s’était donnée.

« Avec la fermeture des Éditions de l’Armançon, c’est une partie du patrimoine de la Côte-d’Or qui disparaît. C’est un peu de nos villages et de nos territoires qui perdent de leur éclat. Surtout, c’est la voix des écrivains bourguignons qui s’éteint », poursuit François Sauvadet. 

 

Depuis le 29 mai, l’entreprise est entrée en liquidation, mais Marc Rey, cogérant de la maison, entend laisser un ultime message, porteur d’espoir : « Continuons à lire. Ne perdons jamais le goût de cette magie qui transforme de la cellulose et de l’encre en émotion, en culture, en indignation, en rires... Respectons l’orthographe. Ne confondons pas “Amazonie”, merveilleux bassin de biodiversité naturelle, avec “Amazon”, assassin de biodiversité culturelle. »

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.