La brique et le mortier pour Amazon ? Pas d'ouverture de boutique

Clément Solym - 07.12.2009

Edition - Economie - brique - mortier - amazon


De deux choses l'une : soit le Times s'est fait bananer par un informateur secret travaillant pour Amazon, soit le démenti formel lancé aujourd'hui par le cybermarchand vise à ne pas trop rapidement inquiéter les librairies.

Car ce week-end, une petite chose amusante s'est déroulée : un article paraît dans lequel on évoque les velléités d'Amazon à s'installer dans les villes et villages en ouvrant des boutiques physiques, de briques et de mortier, comme l'on dit par chez nous.

Selon nos confrères anglais, le marchand souhaitait tirer profit de la demande croissante des consommateurs en boutiques où l'on peut demander conseil, se faire orienter (ou arnaquer...) mais surtout mettre un terme au délai d'attente qui fait souvent piétiner les acheteurs webaddictes.

Pourtant, Amazon avait marqué son plan de communication au fer rouge, en ne cessant de vanter les mérites de son service sur celui des librairies physiques. Alors, vraiment, cette annonce avait la moindre once de crédibilité ?

Probablement assez pour que la presse la reprenne. Ou alors était-ce un outil de sondage pour Amazon, lui permettant de savoir quel serait le regard des clients potentiels sur ses boutiques ? Après tout, la rumeur, bien analysée, donne aussi des résultats intéressants sur les possibilités de développement qui s'offrent, autant que pour tester la solidité d'une idée...

Mais voilà, aujourd'hui un porte-parole s'est chargé de démentir cette idée, en confortant tout le monde dans le fait qu'Amazon resterait bel et bien le cybermarchand que l'on connaît.