La British Library envahie par des adolescents peu respectueux

Clément Solym - 27.05.2008

Edition - Bibliothèques - British - library - bruits


Cette vieille et ô combien vénérable institution qu'est la British Library voit sa quiétude sévèrement perturbée par une horde d'adolescents qui n'ont que faire des règles de bonne conduite en bibliothèque.

Un déménagement de mauvaise augure

Tout a peut-être commencé lorsque la bibliothèque a déménagé dans un bâtiment moderne en briques rouges en 1998. Adieu ces locaux luxueux empreints d'histoire, dont les sièges avaient été usés par des auteurs aussi célèbres que Virginia Woolf, Karl Marx ou encore W.B. Yeats. Étaient-ce les prémices d'une nouvelle ère où tout se perd...

Une nouvelle politique d'admission

Il y a environ quatre ans, la politique d'admission aux salles de lectures de la British Library a changé. Une porte-parole de la Bibliothèque explique à Sarah Lyall, journaliste au New-York Times, que « n'importe qui ayant une recherche pertinente à faire » pourra avoir accès aux salles de lectures, qui ne sont donc plus réservées aux seuls écrivains ou chercheurs diplômés.

Une horde de jeunes sans manières

Crédits : Hazel Thompson pour le New York Times
Depuis peu du côté des anciens habitués de cette institution, la colère gronde. Les files d'attente sont interminables. Les jeunes étudiants ne se tiennent pas, ils gloussent, traînent les sièges, flirtent, boivent des capucinos en se croyant dans une sorte de cafèt'. Et « le pire c'est que maintenant ils répondent au téléphone », confie Tristan Hunt, historien, professeur et homme de télévision qui est scandalisé de ne plus trouver de sièges libres après 11h du matin. Il ajoute en manière d'illustration « Le téléphone vibre et ils se lèvent "Attend une minute Nigel", et ils sortent de la salle de lecture, et reprenne l'appel ».

De nouveaux usages


La porte-parole de la bibliothèque précise « La bibliothèque a changé et évolué, et les gens s'en servent d'une autre manière [...] Ils font leurs recherches différemment. Ils utilisent leurs ordinateurs et vérifient des trucs sur le net, ils ne prennent pas seulement des notes sur un carnet ».

Un manque de place évident

La colère gronde donc et on accuse le directeur de la bibliothèque d'avoir augmenté le nombre de visiteurs pour faire rentrer plus d'argent et donc avoir de meilleures primes de performance. Il faut dire que la British Library compte actuellement 127 000 abonnés actifs contre seulement 1 480 sièges.

Des primes de performance en fonction du nombre de visiteurs


Le directeur des opérations et des services, Phil Spence, déclare à un journaliste du Times qu'« il n'y a pour l'instant pas de plan prévu pour faire baisser le nombre d'usagers » mais il ajoute « Nous comprenons que cette période d'affluence puisse être frustrante pour les lecteurs, mais nous nous engageons à offrir d'excellents services et une gestion attentive de l'augmentation du nombre de lecteurs durant les vacances ». Enfin, il confirme que le directeur de la bibliothèque reçoit des primes de performance en fonction du nombre de visiteurs.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.