La British Library numérise 300 travaux inédits d'auteurs britanniques

Orianne Vialo - 03.06.2016

Edition - Société - Discovery Literature British Library - numérisation British Library - littérature anglaise XXe siècle


300 œuvres et travaux littéraires écrits par des auteurs célèbres ont été numérisés grâce au projet Discovery Literature : 20 th Century, et viennent gonfler le catalogue des documents conservés par la British Library, la bibliothèque nationale du Royaume-Uni. Avec plus de 150 millions de références, dont environ 14 millions de livres, il s’agit d’une des plus importantes bibliothèques de référence du monde. 

 

(Domaine public)

 

 

« Destiné aux étudiants, aux enseignants, aux curieux, Discovery Literature : 20 th century vise à enrichir l’étude et l’accès des œuvres littéraires clés », peut-on lire sur le site de la Bibliothèque nationale britannique. La British Library a pris l’initiative de réaliser un travail de numérisation de plus de 300 travaux de la littérature anglaise — premières éditions rares, cahiers, lettres, journaux et photographies — du XXe siècle.

 

« Reflétant un siècle de changement spectaculaire, le site révèle la façon dont les acteurs principaux de la période ont capturé le monde qui les entourait, en rejetant les traditions héritées, et en expérimentant de nouvelles formes et thèmes », lndique le site, en préface de ce projet d’envergure.

 

Tous les travaux y sont listés sous des thèmes tels qu’« Art, musique et culture populaire », « Capturer et créer le moderne », « Genres et sexualité » ou encore « Fantasy et contes de fées ». 

 

Accessibles gratuitement, l’on retrouve, parmi les œuvres mises en ligne, un cahier de notes dans lequel George Orwell liste ses idées pour son ouvrage 1984 ; une lettre de Virginia Woolf adressée à la patronne de l’auteur James Joyce à l’époque, Harriet Shaw Weaver, dans laquelle elle annonce qu’elle ne publiera pas Ulysse (l’ouvrage de James Joyce centré sur l’histoire d’un scénariste de publicité juif du nom de Leopold Bloom). 

 

L’on retrouve également les ébauches de manuscrit de l’auteur britannique Ted Hughes pour son recueil de poésie Birthday Letters ou encore un poème dans lequel James Joyce attaque les écrivains irlandais contemporains. (via The British Library)

 

Redonner une place à la littérature classique 

 

La directrice des programmes numériques à la British Library, Anna Lobbenberg, a déclaré : « Jusqu’à présent, ces trésors ne pouvaient être consultés que dans les salles de lecture [des bibliothèques, NdR] ou dans les expositions. Maintenant, le projet Discovery Literature : 20 th century va permettre à quiconque ayant une connexion Internet, à consulter ces documents. » Grâce à ces derniers, la Brisith Library espère « mettre en lumière l’innovation extraordinaire dont les auteurs clés du XXe siècle ont fait preuve ».

 

En 2014, la plateforme Discovery Literature s’était déjà illustrée lorsque la British Library avait décidé de numériser 1.200 documents, afin d’incarner un peu plus la littérature classique dans la personnalité et l’existence des auteurs. L’établissement s’était concentré sur les œuvres des périodes victorienne et romantique, mais pensait évidemment élargir le spectre chronologique. C’est maintenant chose faite avec le projet Discovery Literature : 20 th century.

 

 

Aperçu des ouvrages numérisés sur le site de la British Library. 

 

 

La numérisation : clé de la préservation des travaux et manuscrits anciens 

 

Les procédés de numérisation sont de plus en plus monnaie courante en bibliothèques, notamment lorsqu’il s’agit de documents originaux anciens qu’il faut préserver pour les générations futures.

 

C’est notamment le travail qui a été accompli par la Bibliothèque nationale d’Israël et la Bibliothèque nationale de France (BnF), qui ont signé le 30 avril dernier un accord de coopération pour la numérisation de 1.400 manuscrits hébreux. Parmi ces derniers, l’on retrouve des dizaines de Bibles datées du XIIIe siècle, des manuscrits de littérature juive traitant de philosophie ou de sciences, des poèmes liturgiques et essais. 

 

Même son de cloche à Tombouctou (Mali) : l’Institut de hautes études de recherches islamiques Ahmed Baba, les autorités maliennes, avec le soutien financier des régions de Rhône-Alpes et de Tombouctou, avait commencé des travaux de numérisation de plusieurs milliers de manuscrits précieux en 2009. Cependant, ce travail a dû être suspendu en 2012 à cause de l’arrivée des djihadistes, qui ont rendu impossible toute opération de numérisation.