La British Library numérise ses manuscrits médiévaux

Julien Helmlinger - 14.02.2013

Edition - International - British Library - Numérisation - Manuscrits


La collection de manuscrits médiévaux de la British Library fait partie des plus importantes du monde. Parmi des chartes du Moyen-Age et autres parchemins, la bibliothèque conserve 25.000 livres datant d'avant le 16e siècle. Certaines pièces sont uniques et leurs valeurs peuvent être estimées à des millions de livres. Et si jusqu'à présent les chercheurs devaient prendre la route en pèlerins pour Euston Road à Londres, afin de les consulter, l'institution a décidé de les rendre plus accessibles en les numérisant.

 

 

Saint-Valentin supervisant la construction de la basilique de Terni 

 

 

La politique des conservateurs de la British Library veut que rien ne soit inaccessible au public. C'est pourquoi ils ont décidé de numériser la collection complète de manuscrits anciens, en couleur et haute résolution, afin que tout le monde puisse y accéder gratuitement en ligne.

 

Claire Breay, responsable des manuscrits médiévaux et ouvrages antérieurs, au sein de la bibliothèque, a déclaré :  « Ce sont des trésors nationaux, et internationaux. Tout le monde peut en profiter qu'ils soient l'universitaire de premier plan sur certains aspects du manuscrit ... ou un simple écolier sur un projet. »

 

Tandis que les 200 premiers manuscrits sont en cours de numérisation, les premiers accessibles en ligne comprennent : l'Apocalypse de Silos, oeuvre espagnole, ou encore une version unique du poème épique Beowulf datant des environs de l'an 1000. On y retrouve également un ouvrage français, intitulé Petit Livre d'Amour, et réalisé en 1500 par Pierre Sala comme cadeau pour Marguerite Bullioud, recueil de poèmes amoureux. Ou encore des carnets de Leonard de Vinci, considérés par des experts comme contenant une « explosion d'idées ».

 

Pour Breay, ces manuscrits médiévaux sont bien plus que de simples livres, car leur valeur est non seulement littéraire et esthétique, mais les ouvrages sont également une mine de renseignements sur l'état d'avancement des sciences humaines à travers les siècles.

 

Par ailleurs, la collection contient également l'ouvrage le plus ancien faisant mention à Saint-Valentin, poème écrit pour son épouse en 1415 par Charles, duc d'Orléans. Et si aujourd'hui la fête des amoureux célèbre les fleuristes et commerçants de cartes postales du monde entier, elle trouve ses origines au Moyen-Age, sous le Pape Gélase qui aurait introduit un évêque martyr, mort pour avoir défendu des amoureux, à la place de la fête païenne des Lupercales, qui était à l'origine en l'honneur du dieu romain de la fertilité.