La Carte et le territoire, réédité, sans Houellebecq

Clément Solym - 21.01.2011

Edition - Les maisons - carte - territoire - contrefaçon


 Le message avait été passé dans la plus totale indifférence en septembre dernier. Pourtant, Michel Levy, auteur d’un roman auto-édité, était passablement furieux de voir que le titre du nouveau roman de Houellebecq, pas encore Goncourt alors, était le même que celui du livre qu’il avait réalisé en 1999.

Onze ans plus tard, Michel Levy ne veut pas se laisser faire. « Si aujourd'hui, un auteur écrivait un livre qu'il intitulait Les particules élémentaires, ou Extension du domaine de la lutte, je ne suis pas convaincu que l'éditeur laisserait faire. L'utilisation du titre de mon livre par Michel Houellebecq est une usurpation », nous expliquait-il alors. (notre actualitté

Il avait pourtant prévenu l’éditeur, mais en vain : Flammarion n’avait rien voulu savoir, affichant un certain mépris pour l’auto-édition. L’éditeur y voyait même « non sujet, le livre en question n'a jamais été publié, même pas à compte d'auteur ».
Novembre 2010, Michel Houellebecq reçoit le prix Goncourt pour un livre intitulé : La carte et le territoire. Or il se trouve que ce livre a déjà été écrit en 1999, par Michel Levy. Rééditer ce texte c’est redonner sa place à Michel Levy dans le cercle des auteurs ; une façon de rendre à César ce qui appartient à César et de rappeler par la même occasion à ceux qui l’ont oublié que le titre d'une oeuvre de l'esprit, dès lors qu'il présente un caractère original, est protégé comme l'oeuvre elle-même. Nul ne peut utiliser ce titre pour individualiser une oeuvre du même genre, dans des conditions susceptibles de provoquer une confusion (Code la Propriété intellectuelle).

Et ainsi décide-t-il de refaire paraître son roman : « Cette réédition réaffirme aussi le droit égal de chaque auteur au respect de ses créations, et le droit des lecteurs à découvrir des textes originaux, non censurés par des cartels éditoriaux. « La carte et le territoire » est ma création, utilisée illégalement par d’autres. La vérité a émergé ; certains voulaient une preuve supplémentaire, noir sur blanc. La voici. »


L’ouvrage paraît même avec un bandeau rouge, pour parodier celui du Goncourt. Il est sorti aux éditions 93, proposé pour 17 €...

Évidemment, personne n’aura omis de prendre en compte que les titres, de Houellebecq ou Levy, relèvent de la phrase d’Alfred Kozybski, « the map is not the territory ».