La cause des bibliothèques britanniques portée devant le Parlement

Clément Solym - 13.03.2012

Edition - Bibliothèques - bibliothèques - Grande-Bretagne - Ed Vaizey


Les défenseurs des bibliothèques britanniques vont user leurs semelles aujourd'hui, au cours d'une marche organisée par le collectif Speak up for Libraries. Les voix dissonantes ne faiblissent pas, alors qu'Ed Vaizey présentera des éléments dans l'enquête sur la fermeture des bibliothèques menée par une délégation spéciale du Ministère de la Culture, des Sports et des Médias.

 

« C'est pratiquement devenu une guerre de tranchées : si les membres du Parlement continuent à réclamer la fermeture des bibliothèques assez longtemps, ils sont persuadés que les opposants vont se lasser par manque de temps ou d'argent. Nous savons que nous menons le combat depuis plus d'un an, mais nous ne céderons pas. » Après Nick Cave ou Philip Pullman, c'est aujourd'hui l'auteure Kate Mosse qui met sa renommée au service de la cause des bibliothèques publiques britanniques. 

 

 

 

Au début du mois de février, quelques représentants du comité de défense des bibliothèques avaient rencontré le ministre de la Culture Ed Vaizey pour tenter de lui exposer leur point de vue. Malgré des échanges qualifiés de cordiaux, l'entrevue n'a pas aboutie sur un consensus. (voir notre actualitté) Alors qu'Ed Vaizey est attendu au Parlement pour soutenir son projet, le comité Speak Up for Libraries, secondé par Unison, le Women's Institute, des auteurs et des usagers, organise une marche autour de Westminster.

 

Les activistes de la « Campaign for the book » retrouveront les bibliophiles pour occuper une des salles de Westminster. Leur ténacité a été renforcée ces derniers jours par la publication par Unison d'une liste recensant tous les établissements victimes des coupes budgétaires : fermetures, gestion par des volontaires... Du grain à moudre contre la réforme décriée du ministre.

 

Speak Up for Librairies espère qu'une pétition forte de 70 000 signataires fera plier le gouvernement, en le rappelant d'« honorer à la fois son engagement, la défense des bibliothèques publiques, et son devoir, veiller au bon fonctionnement du service proposé par la bibliothèque. »

 

Tim Coates, créateur de Bilbary.com et ancien de chez Waterstones, a soutenu les manifestants dans une tribune publiée par le Huffington Post. Il note que « Les autorités publiques ne comprennent simplement plus pourquoi les bibliothèques sont importantes, et c'est parce qu'elles ont atteint un âge et une rémunération qui leur laissent penser que les bibliothèques sont des reliques d'un ancien temps. » Il y a quelques jours, Coates exprimait son avis sur la gestion des bibliothèques publiques de Londres. (voir notre actuallité)