La célébration nationale de Céline supprimée par Mitterrand

Clément Solym - 21.01.2011

Edition - Société - celine - racisme - antisemite


Exit, Louis-Ferdinand Céline, disparu du site des Archives de France qui avaient officialisé préalablement la célébration de l'homme, et qui finalement auront cédé aux attaques du président de la FFDJF, Serge Karlsfeld.

Sur la page dédiée du site, on ne retrouve... rien. Plus aucune allusion à Céline comme c'était encore le cas voilà quelques heures. Chose ô combien amusante, alors même que Frédéric Mitterrand va présenter sous peu l'ouvrage des célébrations dont il a rédigé l'avant-propos... Un choix que le ministre de la Culture vient à l'instant d'officialiser, suite à toute cette polémique. « Après mûre réflexion, et non sous le coup de l'émotion, j'ai décidé de ne pas faire figurer Céline dans les célébrations nationales », explique-t-il, évoquant plutôt une « inflexion », pleinement assumée.


En attendant, cela bouge de manière vraiment dynamique, puisque BibliObs nous informe que Catherine Clément, philosophe et écrivaine, membre du Haut comité qui était à l'origine de ce choix, vient de présenter sa démission. Et assure n'avoir jamais participé aux discussions qui auraient pu amener aux choix de Céline parmi les élus pour la célébration.
Suivant les règles de ce haut comité dans lequel chacun est libre de ses textes, je n’ai jamais pris connaissance avant publication d’un texte de présentation indulgent, et que j'aurais désapprouvé. Mais j’en comprends la cause : car tant que ne seront pas publiés les textes antisémites de Céline, il en sera ainsi. Seule cette publication, qui me paraît essentielle, permettra de faire toute la lumière sur un écrivain qui, pour l’instant, bénéficie d’un flou qui sert sa réputation littéraire et gomme la virulence de son racisme.
Et d'assurer : « Serge Klarsfeld a raison : tant que restent vivants des victimes (dont je fais partie), une célébration officielle de Louis-Ferdinand Céline leur est insupportable. »

Céline, ça patine


La situation s'enlise, les réactions sont tout de même disproportionnées - on ne parle tout de même pas d'une fête nationale ! Même Hernri Godard, auteur de la notice biographique sur Céline, fait état d'une certaine lassitude, sollicité qu'il est, et quelque peu laissé seul à la tâche par le ministère.

« C'est un immense écrivain français, le plus traduit et le plus diffusé dans le monde après Proust. Il est dans la Pléiade, très lu en poche. En dehors de ça, c'est un pur salaud », résume-t-il à l'AFP. Or, une chose est certaine : on ne commémore par la mémoire du raciste et de l'antisémite, on honore l'oeuvre de l'écrivain, fou ou génial... Et c'est un peu ce qu'il serait bon de garder à l'esprit.