La censure méthodique qui s'exerce sur les livres avec des personnages LGBT

Antoine Oury - 27.09.2016

Edition - Les maisons - Banned Book Week livres - livres censure LGBT - LGBT censure discrimination


C'est la semaine des livres censurés aux États-Unis, une sympathique initiative qui permet de se rendre compte que la bigoterie, l'homophobie ou le racisme font toujours des ravages. L'American Library Association, association des bibliothécaires du pays, publie à cette occasion la liste des livres les plus censurés, et ceux qui proposent les personnages les plus divers sont visés en premier...

 

Diversity

(Nabeelah Is, CC BY-NC-ND 2.0)

 

 

Malheureusement, pour les auteurs qui en font partie (encore que), la liste des livres les plus censurés dans les bibliothèques américaines ne varie pas énormément d'année en année. On retrouve ainsi en tête un habitué, Qui es-tu Alaska ? de John Green (traduit par Catherine Gibert, Gallimard Jeunesse), régulièrement dénoncé et critiqué pour son « vocabulaire grossier » et ses « éléments sexuels explicites ».

 

En avril dernier, Qui es-tu Alaska arrivait en tête du classement annuel des livres les plus censurés, déjà établi par l'ALA, dans lequel on retrouvait également Fifty Shades of Grey et I Am Jazz de Jessica Herthel et Jazz Jennings, qui aborde le thème du transgénérisme. Ces trois livres forment le podium des livres les plus censurés de 2015. On retrouve également dans la liste La Bible, parce qu'elle exprime un point de vue religieux : la laïcité serait-elle devenue une préoccupation américaine ?

 

Lorsque l'ALA évoque les livres « censurés », elle fait référence aux ouvrages qui sont le plus souvent signalés par les parents, qu'il s'agisse de bibliothèques scolaires ou d'établissements locaux. « Parce que la définition de la diversité découle de ce que l'on considère comme extérieur à la norme, cela effraie les parents qui veulent éviter à leurs enfants d'y être trop exposés », explique Olusina Adebayo, chargée du projet Banned Book Week au sein de l'Association of American Publishers.

 

En effet, les parents inquiets auraient à cœur d'écarter tout ce qui sortirait de cette « norme », qui se résume assez souvent au modèle hétérosexuel, blanc et individualiste en prime. De sorte que les livres mettant en scène des personnages représentatifs de la diversité sont le plus souvent visés par la censure.

 

« Dans l'idéal, les parents veulent que leur enfant soit curieux et manifeste une indépendance d'esprit. Mais la censure et l'interdiction des livres étouffent le dialogue constructif, et favorisent la division plutôt que la compréhension », ajoute Olusina Adebayo.

 

PEN America, organisation qui défend la liberté d'expression, notamment celle des écrivains, renforce ce constat avec un rapport qui explore la question : « Les livres écrits par ou à propos de personnes de couleur, de personnes s'identifiant comme LGBT ou de personnes avec un handicap sont beaucoup plus susceptibles d'être contestés ou censurés, même s'ils ne représentent qu'une partie de la littérature disponible », signale l'organisation.

 

Autrement dit, ce qui est différent fait peur, encore et toujours.

 

Ci-dessous, la liste complète publiée par l'American Library Association :

 

1. Qui es-tu, Alaska ? de John Green

Justifications : langage grossier, éléments sexuels, pas adapté aux enfants.

2. Cinquante Nuances de Grey de E. L. James

Justifications : éléments sexuels, pas adapté aux adolescents

3. I Am Jazz, de Jessica Herthel et Jazz Jennings

Justifications : inexactitudes, homosexualité, éducation sexuelle, point de vue religieux, pas adapté

4. Beyond Magenta: Transgender Teens Speak Out, de Susan Kuklin

Justifications : anti-famille, langage grossier, homosexualité, éducation sexuelle, point de vue politique, point de vue religieux, pas adapté 

5. Le Bizarre Incident du chien pendant la nuit de Mark Haddon

Justifications : langage grossier, point de vue religieux, pas adapté

6. La Bible 

Justifications : point de vue religieux

7. Fun Home d'Alison Bechdel

Justifications : violence et images crues

8. Habibi de Craig Thompson

Justifications : nudité (!), éléments sexuels, pas adapté

9. Nasreen’s Secret School: A True Story from Afghanistan de Jeanette Winter

Justifications : point de vue religieux, pas adapté, violence

10. Two Boys Kissing de David Levithan

Justifications : homosexualité et autres

 

via Flavorwire