medias

La censure s'exerce de plus en plus sur les livres jeunesse

Antoine Oury - 24.09.2013

Edition - Les maisons - censure - livres jeunesse - Banned Books Week


Comme aux plus beaux jours de la Comics Code Authority qui censuraient les comics jugés trop violents ou sexuels, la censure contemporaine s'exercerait particulièrement bien sur les livres destinées aux adolescents. Avec comme domaines de préoccupation le sexe, la drogue et le suicide, qu'il faudrait éloigner le plus possible des adultes en devenir.

 


Censorship Causes Blindness

(Andréia, CC BY 2.0)

 

 

C'est l'American Library Association qui a rendu ce verdict : en tant que lieux publics, les bibliothèques sont en effet les premières à faire les frais de la censure, tout en l'appliquant à la demande d'un certain nombre d'usagers. « Les romans Young Adults sont à la mode en ce moment, et la plupart des plaintes concernent ce type d'ouvrages » résume ainsi Barbara Stripling, présidente de l'association qui organise par ailleurs la Banned Book Week.

 

« La pression s'exerce surtout en milieu urbain, pour protéger les enfants et les adolescents, et nous recevons de nombreuses demandes concernant l'alcool, le suicide et les scènes sexuelles », poursuit Stripling. Thirteen Reasons Why, roman de Jay Asher qui aborde le suicide adolescent, a fait son entrée dans la liste des 10 ouvrages les plus censurés en bibliothèque : « Il a beaucoup fait parler, car les parents s'inquiètent de la mention du suicide », souligne Stripling.

 

Des craintes souvent injustifiées : l'ALA mène un travail de veille sur les effets des lectures, et n'a pu mettre aucun lien en évidence entre la lecture d'ouvrages sur différents sujets sulfureux et une recrudescence de suicide ou autres comportements à risques. « Les adolescents nous expliquent qu'ils veulent des livres sur leur époque, ce qu'il se passe actuellement. Ils disent "Qui pensent-ils que nous sommes ?", comme si les adolescents restaient naïfs et ingénus face à ces questions quotidiennes. »

 

464 plaintes ont été enregistrées auprès de l'ALA en 2012, mais le nombre réels est supérieur à celui-ci, qui ne compte que les demandes satisfaites. Depuis 1982, 11.300 titres environ sont passés sous le coup de la censure. J.K. Rowling, John Steinbeck, Maya Angelou en ont, entre autres, fait les frais...

 

(via The Guardian)