La chercheuse Luz Rello combat la dyslexie avec la technologie

Julien Helmlinger - 15.07.2013

Edition - International - Luz Rello - EYRA - Technologie


A l'unanimité, la chercheuse Luz Rello s'est vue décerner le European Young Researchers' Award (EYRA) à l'occasion d'une édition 2013 réservée aux candidats européens à des doctorats de toutes disciplines confondues. Le sujet de la thèse que la boursière a préparée au sein de l'université Pompeu Fabra de Barcelone, Dyswebxia, cherche à accroître l'accessibilité à internet pour les dyslexiques. La voici récompensée à la fois pour son travail de recherche et pour avoir mis à l'honneur une cause altruiste.

 

 

 L'application Dyseggxia, pour entraîner les enfants dyslexiques

 

 

Selon les termes de Luz Rello, la dyslexie est un handicap neurologique se caractérisant par des difficultés de reconnaissance des mots courants et conduisant à de faibles capacités en orthographe. Et si la Catalane s'est penchée sur le sujet, c'est notamment car elle a souffert de ce trouble au cours de sa jeunesse et pensait qu'elle n'arriverait jamais au bout de ses études. Mais la voilà devenue une linguiste confirmée et disposant d'un éventail de compétences en matière de recherche sur le web et l'analyse de données.

 

Le phénomène toucherait environ 10 % de la population mondiale et non moins de 17,5 % aux Etats-Unis. C'est pourquoi avec DysWebxia, la chercheuse a visé à isoler les facteurs de lisibilité du web pour les dyslexiques. Une étude à la croisée du traitement du langage naturel et de l'interaction homme-machine.

 

Des solutions pour palier au handicap

 

Non seulement certaines polices de caractères ont déjà été identifiées comme plus adaptées au lectorat dyslexique, et de même que leur taille ou l'espacement entre les mots et les lettres. En outre, l'emploi de certains synonymes à la place des mots posant problème pourrait également permettre une meilleur lisibilité au panel de dyslexiques sondés. 

 

Dans son but de rendre le web accessible aux personnes souffrant du handicap, la chercheuse préconise les polices Helvetica, Courier ou encore Computer Modern Unicode, ainsi qu'une taille 18. En revanche, elle a constaté que l'usage de l'italique pouvait nuire à leurs performances de lecture.

 

Au rang des solutions dédiées on trouve également des applications informatiques : Text4all est un projet roumain permettant d'adapter les pages web en fonction des besoins des internautes, et IDEAL Group Reader consiste en un lecteur ebook incluant des paramètres pour les dyslexiques, développé en Inde par un finaliste du Vodafone Foundation Smart Accessibility Awards 2012.

 

De Dyswebxia à Dysegxia 

 

En marge de sa thèse et en s'appuyant sur le résultat de ses recherches, Luz Rello mène un autre projet personnel baptisé Dysegxia. Dans cette optique, elle forme un trio avec ses amis Clara Bayarri et Azuki Górriz, respectivement développeur et designer au sein de leur équipe Cookie Cloud.

 

Dysegxia, sous sa forme actuelle, est un jeu destiné aux enfants anglophones et hispanophones souffrant de dyslexie. Selon la lauréate, il est plus simple de combattre le handicap lorsque l'on est jeune et c'est pourquoi ils ont choisi de se focaliser en priorité sur ce public. Avec des résultats concluants qui ont conduit plusieurs centres éducatifs catalans à l'adopter.

 

Une application est d'ores et déjà disponible gratuitement via l'AppStore ainsi qu'en version bêta pour Android, tandis qu'une nouvelle mouture devrait être lancée d'ici la fin du mois de juillet. Non seulement à visée éducative, les exercices compilés se veulent divertissants.

 

Le trio pourrait bien continuer en cette voie et serait actuellement en recherche de financements pour créer leur start-up. 

 

Via TheNextWeb.