La Chine adore les livres français et adule Marc Lévy

Bouder Robin - 03.07.2017

Edition - International - marché du livre chine - édition française chine - livres français chine


Un communiqué du SNE publié le 29 juin présente la Chine comme le premier acheteur de livres francophones. Les lecteurs chinois se passionnent en effet pour les classiques français, la jeunesse, ainsi que pour Musso et Lévy. Un vrai paradis pour les écrivains francophones, donc... À condition de faire dans le politiquement correct. Gare aux auteurs francophones qui aborderaient des sujets sensibles dans leurs romans : certains se voient régulièrement interdits de vente par les autorités.

 

Chinese flag (Beijing) - IMG 1104.jpg

Daderot (Public Domain)

 

 

Les statistiques livrées jeudi 29 juin par le SNE placent la Chine en première position des acheteurs de livres francophones, pour plus de 2 100 livres achetés en 2016. Depuis quelques années, le nombre de livres français traduits en chinois dépasse les rêves les plus fous des éditeurs ; en comparaison, seuls 836 titres ont été traduits en anglais l'an dernier... « En Chine, tout prend des proportions gigantesques. Cela fait exploser les compteurs », explique le directeur général du SNE Pierre Dutilleul à l'AFP.

 

Et en tête des convoitises de l'empire du Milieu, les classiques ainsi que la jeunesse. Depuis 2015, la Chine est le premier acheteur de droits pour la littérature jeunesse française, et la présence de nombreux éditeurs français à la Foire du livre jeunesse de Shanghai fin 2016 semble confirmer l'appétence des maisons d'édition chinoises pour le genre.

 

Et même plus : l'opération « Shoot the book », qui avait lieu le 19 juin à Shanghai, a vu le déplacement de nombreuses maisons d'édition françaises, bien décidées à vendre à des producteurs chinois des droits d'adaptation de leurs livres.
 

Du côté des auteurs français, Guillaume Musso et Marc Lévy sont rois, alors que ce dernier est « véritablement adulé » par les lecteurs chinois. D'autres en revanche ne sont pas très bien vus et font l'objet de censures importantes. L'un d'entre eux s'est exprimé auprès de l'AFP de façon anonyme, « pour protéger sa traductrice et son éditeur chinois », et raconte que son ouvrage a été retiré des rayons par les autorités communistes, 6 mois après sa publication.

 

« Elles ont demandé à mon éditeur de détruire les livres en sa possession et de ne pas faire de réimpression », déclare-t-il. Bien entendu, les exemplaires du livre ont donc été vendus en quelques jours. « Ma traductrice en a elle-même acheté 5 sur internet. [Elle] m'a raconté que c'était comme du temps de l'Union soviétique, en plus tendu. »

 

Une mobilisation pour Liu Xiaobo, Nobel chinois de la Paix, à peine libéré
 

L'avenir des éditeurs français en Chine promet cependant d'être moins glorieux, alors que les autorités incitent de plus en plus les éditeurs à proposer un catalogue national plutôt qu'étranger. Le SNE prévoit en conséquence « un impact négatif sur le dynamisme de l'activité de cession de droits ».

 

De même, l'Allemagne, autre gros acheteur de livres français, n'en a acquis qu'un peu plus de 800 en 2016, une déception pour les éditeurs qui s'attendaient à voir remonter leurs chiffres cette année. La situation inquiète donc quelque peu, mais reste l'espoir que le statut d'invité d'honneur de la France au salon du livre de Francfort 2017, en octobre prochain, saura faire revivre les ventes.