La Chine censure l'impression des livres australiens

Clément Solym - 01.08.2008

Edition - Société - censure - Chine - Australie


Machine arrière toute pour la Chine qui produisait un livre australien lequel mentionnait des sujets sensibles tels que le Dalaï-Lama ou les frontières avec le Tibet. L'éditeur Hardie Grant de Melbourne, ainsi que UNSW Press, ont tous deux été sommés de rayer les passages de leurs ouvrages imprimés en Chine.

Les frontières avec le Tibet ? C'est déplacé

Concernant UNSW Press, il s'agit d'un extrait de la biographie de Felicity Jack, portant sur son arrière-grand-père, Robert Kack Logan et qui mentionne les frontières avec le Tibet. L'imprimeur situé au sud du pays a averti l'éditeur du message suivant : « Les autorités chinoises ont trouvé des phrases dans le texte qui portent atteinte à sa souveraineté et ont refusé d'accorder une autorisation pour l'export. » Sous-entendu, allez vous faire imprimer ailleurs.

L'histoire de ce géologue écossais du XIXe siècle qui partit faire quelques explorations en Chine touche donc à un sujet tabou. « Lorsque nous avons refusé [de supprimer les passages], ils nous ont suggéré de passer par un imprimeur de Hong Kong qui aurait été beaucoup plus coûteux. Nous avons donc délocalisé vers la Thaïlande », explique Elspeth Menzies, l'éditrice.

Dalaï-Lama, persona non grata

Une tracasserie similaire s'est abattue sur Hardie Grant avec un livre imprimé à Hong Kong pour le marché international. Une photo du Dalaï-Lama ainsi que des morceaux du livre 'The knowledge Book'. On y trouve en effet une terrible vérité affirmant que « des millions de personnes ont perdu la vie » durant le grand bond réalisé par la Chine sous Mao Zedong. Pour le directeur de l'Australian Publishers Association, cette ingérence n'est absolument pas étonnante. « Dans l'esprit chinois, ils sont juste en train de corriger des erreurs sur des faits que des Occidentaux ignorants ont commises. »

D'un autre côté, passer par la Chine pour économiser sur le coût de production des livres implique aussi ce type de politique. À vouloir faire des économies d'échelle, on rend rend compte que les barreaux ont été sciés... Une tendance étonnante, cependant, puisque le marché anglais se plaignait récemment que la Chine affichait des coûts de production plus importants, provoquant quelques hoquets chez les éditeurs.