La Chine détient le passeport d'Ai Weiwei, artiste et dissident

Clément Solym - 02.10.2012

Edition - International - Ai Weiwei - Pen - Salman Rushdie


Ai Weiwei fait partie des artistes contemporains chinois les plus influents. Acteur majeur de la scène artistique indépendante, il s'est positionné en Chine parmi les figures emblématiques de l'activisme militant contre les politiques du gouvernement. Son arrestation en avril 2011, sous prétexte d'évasion fiscale, avait provoqué une vague d'indignation populaire. Désormais libéré sous caution, il fait toujours l'objet de restrictions de mobilité géographique. Ai Weiwei trouve des soutiens médiatiques en les personnes de Salman Rushdie et Peter Godwin.

 

 

L'écrivain britannique Salman Rushdie ainsi que le président de PEN Peter Godwin ont adressé une lettre au gouvernement chinois, protestant contre le traitement auquel se trouve soumis le dissident Ai Weiwei, explique Rushdie dans une lettre ouverte. Autant l'auteur de Joseph Anton que l'organisme international se sont fait une mission de défendre le droit à la libre expression.

 

L'artiste chinois étant de fait incapable de se rendre légalement à un évènement organisé par PEN, le 11 novembre à New York, Salman Rushdie et Peter Godwin ont décidé de prendre la plume. Voici un extrait de la correspondance :

Comme nos collègues à travers les communautés artistiques et littéraires à travers le monde, nous avons été choqués lors de la détention d'Ai Weiwei en 2011, et nous sommes profondément déçus d'apprendre qu'il reste incapable de voyager librement et de participer aux débats internationaux dans lesquels il a clairement mérité sa place.

Nous croyons que restreindre ses droits de voyager à l'étranger risque de violer les lois chinoises et internationales, et que cela ne fera que peu avancer les buts et aspirations du gouvernement chinois et de sa population. Par conséquent, nous vous prions de rendre immédiatement son passeport à Ai Weiwei et lever les restrictions décidées contre lui, lui permettant de voyager pour représenter son propre travail et ses idées. 

 

Il y a quelques jours, les tribunaux de Beijing ont condamné Ai Weiwei à reverser une amende de 1,8 million d'euros pour être en règle avec le Fisc.