La Chine, empire de la publication numérique

Clément Solym - 12.04.2012

Edition - International - auto-édition - Chine - web


La République populaire de Chine connaît ces dernières années un important développement de ses publications sur Internet, et ce, malgré la censure du gouvernement.

 

Il faut dire que le pays compterait 70 millions de blogueurs, et plus de 100 millions d'usagers de Weibo, l'équivalent chinois de Twitter. Mais le phénomène le plus marquant de ces dernières années est celui de l'auto-édition en ligne. De plus en plus de personnes mettent à disposition sur le Net leurs romans, et de plus en plus de personnes seraient friandes de cette offre.

 

 

 

La lecture de fiction est largement stimulée par la multiplication des sites d'auto-édition, qui attirent plus de 40 % des usagers chinois tous les mois. Il est possible d'y poster ses écrits, et se faire lire par les autres usagers.

 

Avec le temps, si une certaine notoriété est acquise, le contenu peut ainsi devenir payant, rémunérer (un tant soit peu) son auteur, et se rendre publiable au format papier. Des milliers de romans et de nouvelles, one-shot ou séries, sont ainsi mis à disposition sur ces sites.

 

« C'est du pur divertissement, écrit, téléchargé, lu et effacé, tout ça à grande vitesse », explique Eric Abrahamsen, traducteur littéraire et consultant. « Tous ces écrits sont en général de la fiction. Ils sont produits par de jeunes écrivains, et s'adressent à un jeune public ».

 

Selon le Guardian, ces sites permettent à des auteurs de se faire connaître en évitant le circuit traditionnel de l'édition, soumis à la censure. Le passage par la plate-forme d'auto-édition serait un moyen de se faire éditer, puis traduire, sans trop de difficultés, en comptant bien entendu sur une bonne fréquentation du site.