La Chine taclée par l'OMC pour non respect des règles

Clément Solym - 13.08.2009

Edition - Société - chine - tacler - OMC


L'importation et l'exportation de produits chinois vont devoir être sérieusement revues, a estimé l'Organisation Mondiale du Commerce hier, alors que pour la troisième fois consécutive, le pays est la cible de plaintes examinées par l'OMC. Et cette fois, ce sont les États-Unis qui estime que depuis 2001, et l'entrée de la Chine dans l'organisation, leur système d'importation et de distribution a largement violé les conditions fixées par l'OMC.

Une victoire importante qui concerne l'ensemble du secteur du divertissement, depuis les CD, jusqu'aux livres bien évidemment. La conclusion pourrait également être élargie aux autres objets d'imports comme les voitures. Une étape importante, souligne-t-on pour que le marché soit plus stabilisé et que l'échange entre les deux pays se fasse dans un plus grand respect des règles établies. La bisbille entre les deux pays remonte à 2007, et semble donc se régler aujourd'hui.

On notera également que le président américain, Barack Obama s'est retrouvé plusieurs fois acculés par des démocrates condamnant le déficit américain ainsi que les pertes d'emploi dans les secteurs de la manufacture. De quoi remonter sa cote légèrement donc.

D'autres acteurs, comme Apple, pourraient profiter d'un nouveau secteur de vente pour l'AppStore ou iTunes, puisque jusqu'à présent - mais pour quelque temps encore - la Chine empêchait les entreprises d'offrir l'achat de contenu sur des plateformes de vente depuis des mobiles chinois. Le livre numérique sous forme d'application ou non pourrait aussi connaître un essor intéressant.

Selon l'OMC, la Chine a agi en contradiction avec les dispositions de l'accord qui réunit tous les membres de l'organisation et conditionne l'adhésion, ainsi que l'accord général sur le commerce des services, ou encore celui sur les tarifs douaniers.

Pour la Chine, il reste donc aujourd'hui à réaliser quelques compromis et surtout parvenir à se conformer plus fidèlement aux conditions générales de ventes de l'adhésion à l'OMC. Les représentants chinois présents se sont refusés à tout commentaire pour le moment.