75 minutes chrono pour écrire un roman

Antoine Oury - 05.08.2015

Edition - International - livre - roman - 75 minutes


Cela fait maintenant des années que vous galérez sur un roman dont les premières lignes remontent à vos dernières années d'adolescence ? Vous avez tout un stock de réponses préparées lorsque vos amis vous demandent quand il sera publié ? Sachez que ce week-end, un roman sera écrit en 75 minutes, puis publié dans la foulée. Le secret ? Pas un auteur, mais une trentaine.

 

NaNoWriMo Day 3

(mpclemens, CC BY 2.0)

 

 

Chaque année, le mois de novembre est celui du NaNoWriMo, pour National Novel Writing Month : des milliers d'auteurs se connectent pour rédiger un roman de 50.000 mots en un mois, pas un jour de moins, pas un de plus. Ce week-end, à la Nine Worlds Geekfest d'Heathrow, dans la banlieue de Londres, un collectif d'auteurs va tenter d'exploser le record, en se contentant de 75 minutes pour boucler un roman complet.

 

Chris Farnell, celui à qui revient la lourde tâche de superviser près de cinquante auteurs, est plutôt confiant : « L'année dernière, nous avons organisé une session pour écrire de la science-fiction avec des technologies existantes. De bonnes idées ont fusé : des gens écrivaient des histoires sur des crustacées postapocalyptiques qui inventaient des outils, ce genre de choses », explique-t-il.

 

La productivité des participants l'a poussé à organiser, cette fois, un projet collaboratif, avec l'ambition d'en tirer un roman. Comme le détaille le Guardian, 45 minutes seront consacrées à des discussions autour de l'intrigue, des personnages, et de la structure. Les 30 minutes suivantes, chaque participant se penchera sur son chapitre et devra l'écrire avant la fin du chrono. Le tout sera « légèrement » édité, puis publié au format numérique, en accès libre.

 

Pour ce premier essai, cohérence et compréhension sont les premiers objectifs recherchés. Mais l'écriture en temps (très) limité ne signifie pas forcément bâcler le travail : « Si quelqu'un a dix minutes pour écrire, ils vont se saisir de leur première idée, parce qu'ils n'ont pas le temps de réfléchir à une deuxième. Et, dans ce laps de temps, on peut arriver à 500 ou 1000 mots » , assure Chris Farnell.

 

Modeste pour lui et tous les autres, il assure que l'événement tient surtout du défi à relever entre auteurs, plutôt que de la création d'un chef d'oeuvre.

 

(via The Guardian)