La circoncision en prévention du Sida, une 'mauvaise propagande'

Clément Solym - 28.09.2012

Edition - International - circoncision - livre - polémique


Wikipedia a finalement gagné. Et les journalistes qui se réjouissaient de découvrir l'affaire des chroniques payantes sur les sites de ecommerce, en général, et de livres sur Amazon en particulier, pour dénoncer un internet diabolique, en seront pour leurs frais. De quoi démontrer en effet que la communauté fait la force, et surtout, que le net est un espace participatif puissant. Très puissant. 

 

 

 

 

Tout remonte à la parution en mars dernier d'un ouvrage, chez Penguin, Tinderbox: How the West Sparked the AIDS Epidemic and How the World Can Finally Overcome It, du journaliste Craig Timberg, journaliste au Washington Post et Daniel Halperin, épidémiologiste et anthropologue, travaillant à l'université de Caroline du Nord. Les deux hommes, dans l'ouvrage, exploraient la question du SIDA et de sa propagation partout dans le monde. 

 

L'une des méthodes préventives, abordées dans l'ouvrage, est la circoncision masculine, qui est devenue un objet de polémique. Au point qu'un groupe de militants farouchement opposé à la circoncision masculine a tenté d'assimiler cette pratique à l'excision, ou toute autre forme de mutilations des parties génitales féminines. Et c'est finalement dans les colonnes d'Amazon que le groupe de militants a décidé de frapper, en concentrant ses efforts pour dénoncer, et dénoncer fort.

 

Sur la page de présentation du livre, le groupe s'en est donné à coeur joie, publiant des critiques assassines sur ce passage de l'ouvrage - qui ne représente que 10 % du livre. Dans les commentaires, ils parlent d'une propagande erronée, attaquent personnellement les auteurs, et liens à l'appui, ils montrent que les études scientifiques sur cette question sont encore loin de prouver que la circoncision soit une méthode de prévention du Sida irréfutable. 

 

Une campagne de diffamation, estiment certains mais qui a surtout eu l'effet désiré : faire baisser les ventes, depuis mars, ainsi que l'a confirmé l'un des coauteurs. Dès l'attaque virale du groupe de militants, le livre a vu ses ventes baisser drastiquement. C'est que, compte tenu de l'importance des avis d'utilisateurs pour le site Amazon, ce type de comportement a bien entendu des conséquences immédiates, et funestes pour le livre. 

 

On le voit bien chez Slate : le journaliste auteur de l'article ne s'est pas fait berner, par cet avis de militants, probablement payés par des industries concurrentes, pour dire que la circoncision était non seulement un drame humain, mais surtout, contester ses vertus préventives pour la lutte contre le Sida. D'ailleurs, le journaliste le précise : la circoncision « plus encore que l'utilisation du préservatif qui doit être correctement utilisé chaque fois que l'on a des rapports sexuels », est réellement un moyen de protéger. 

 

Mieux : « La circoncision masculine est une méthode de prévention permanente et peu coûteuse qui, lorsqu'elle est couplée avec des préservatifs et des conseils, fait sens pour les pays où le VIH se propage principalement par des rapports hétérosexuels. » On croit rêver. Mais heureusement, Slate dénonce et s'engage. Et fait comprendre que ces activistes sont bien des pourris, qui agissent pour le compte de tiers, en tentant de décrédibiliser la pratique de la circoncision. 

 

Mais heureusement, la vilaine critique a été démasquée. 

 

Dont acte.