La crise réduit considérablement les avances des écrivains

Clément Solym - 14.07.2009

Edition - Economie - auteurs - avances - réduites


Avec la crise, les éditeurs cherchent à minimiser leurs risquent. Du coup, les auteurs voient leurs avances réduites au quart de ce qu'ils auraient pu espérer deux ans plus tôt.

Le plus dure est pour les historiens. Un livre d'histoire aurait auparavant rapporté 120 000 dollars d'avance à son auteur, contre 30 000 aujourd'hui. C'est pourquoi beaucoup d'historiens sont passés à la fiction historique, qui leur rapporte plus.

Pour Lisa Jardine, professeure spécialiste de la renaissance au Queen Mary Collège de l'Université de Londres : « Je ne serais pas surprise que l'on me propose la moitié de mes dernières avances ». Selon la Professeure Jardine, les royalties issues de ses livres n'ont pourtant jamais dépassé les avances faites par l'éditeur.

D'après un autre historien anonyme, les éditeurs profiteraient de la récession pour tirer des avantages vis-à-vis des auteurs : « il n'y a pas de raison à cela, car les ventes de livres ne baissent que d'environ 5 %, ce qui n'est vraiment rien ».

En attendant, les éditeurs font toujours du profit, car les ventes de leurs livres leur rapportent plus que les coûts de production.