La critique anglophone reste une affaire d'hommes

Clémence Chouvelon - 09.04.2015

Edition - International - critique littéraire - VIDA - égalité hommes femmes


Les hommes dominent toujours la critique littéraire, mais ce constat évolue petit à petit vers plus de diversité, souligne une étude menée par VIDA, une organisation américaine défendant les femmes dans la littérature. L'étude, publiée le mardi 7 avril, brasse un large éventail de publications anglaises et américaines, et montre que les critiques, de même que les auteurs critiqués, sont très majoritairement masculins.

 

Reading a Book

 Photo d'illustration (CollegeDegrees360 CC BY-SA 2.0)

 

 

En haut du panier, The London Review of Books compte dans ses pages près de 527 critiques et auteurs hommes pour 151 femmes, et The New York Review of Books 677 hommes pour 242 femmes. Quant à The New York Times, ses pages consacrées à la critique littéraire comptaient 909 hommes critiques ou auteurs, contre 792 femmes, à The Nation 469 contre 193. Chez Harper's, moins de la moitié des auteurs étaient des femmes.

 

Des chiffres qui contredisent ceux de l'industrie de l'édition au Royaume-Uni, où on retrouve parmi les auteurs les plus rentables de 2014 Hilary Mantel (Le Conseiller), Donna Tartt (Le Chardonneret) et Kate Mosse (Labyrinthe). En 2009, 50 % des femmes étaient de grandes lectrices, pour 26 % d'hommes. Les femmes sont responsables de l'achat de deux tiers des livres vendus au Royaume-Uni. 

 

L'étude fait état d'un changement progressif. Parmi les 15 grandes publications interrogées, 14 ont vu une augmentation de contenu produit par des femmes au cours de l'année 2014, pour la première fois depuis cinq ans. The New York Times Book Review a compté parmi ses pages plus de critiques femmes que d'hommes, elles étaient 41 de plus que l'année d'avant. 17 femmes de plus qu'en 2013 ont contribué à The New Yorker, un chiffre en augmentation depuis 5 ans. Le magazine littéraire basé à Portland Tin House employait en 2014 12 femmes critiques pour huit hommes. 

 

Le supplément littéraire du Times, qui emploie plus de critiques que n'importe quelle publication, montre un changement léger, mais notable, avec 327 femmes pour 715 hommes. Elles étaient 297 en 2013, le chiffre le plus élevé depuis cinq ans. « Il n'y a pas de doute, il y avait un problème à ce niveau dans le passé, je suis vraiment content de ce changement », a déclaré Peter Stotghard, le rédacteur en chef de la publication.

 

(via The Guardian