La Croix, Pèlerin, jeunesse, le groupe Bayard va bien, merci

Clément Solym - 17.11.2009

Edition - Economie - croix - pelerin - jeunesse


Les comptes de Bayard ont finalement été arêtés au 30 juin et le 10 novembre, le conseil de surveillance a examiné les résultats du 1er semestre pour la maison. Conclusion : malgré la crise, « en France comme à l’international, Bayard résiste et poursuit son adaptation ». Le résultat d'exploitation pour l'ensemble du groupe se monte, entre le 1er janvier et le 30 juin, à 5.471 k€, avec un résultat net de 1.321 k€. En chiffre d'affaires consolidé, on parle d'une hausse de 2,5 %, à 214.574 k€.

On précisera à l'attention de nos charmants lecteurs que le K en minuscule représente un multiplicateur de 1000. En somme 5.471 k€, revient à dire 5,471 millions €. Voilà, il fallait le noter.

La publicité, comme partout dans la presse, prend une méchante claque, avec 11 % de baisse, notamment chez Notre Temps. Le mensuel recense 3,748 millions de lecteurs, et une diffusion à plus de 904.000 exemplaires. Presse toujours, La Croix constate une hausse de l'audience de 1,3 % et une diffusion France payée de + 0,7 %. Le site internet, lui, présente 400.000 visiteurs uniques, soit un peu moins de 100.000 de plus que ActuaLitté, juste pour info...

Pour Pèlerin, on reste au-dessus du million de lecteurs, Amen.

Concernant la presse jeunesse, le CA est en hausse de 1,6 %, parce que les tarifs ont augmenté. La diffusion, de son côté, baisse légèrement. « Le développement des exploitations audiovisuelles des héros jeunesse (Petit Ours Brun, Samsam, Toto…) se poursuit avec succès », précise le communiqué.

Et côté livre ? Les ventes se montent à 37.008 k€, soit 17 % du CA du groupe, contre 14 % l'an passé. « Elles progressent de +23,3 % par rapport au 1er semestre 2008, bénéficiant notamment du succès du tome 3 d’Eragon aux Éditions Bayard. Les Éditions Milan terminent le 1er semestre avec un chiffre d’affaires en progression de 15 %. L’activité générale de la Sofédis (diffusion de livres) est en progression de 28 %. »

Pour Milan justement, les perspectives sont à la baisse pour le nombre de parutions, ainsi que la clarification de l'offre éditoriale. L'équilibre des comptes devrait être atteint en juin 2010. « L’approfondissement de la crise a conduit le nouveau directoire de Bayard à revoir le périmètre des activités du groupe, retravailler les modèles économiques afin de développer la multivalorisation des contenus, mettre en place une nouvelle organisation permettant une politique d’innovation, et rechercher un allègement des coûts de structure. »