La culture chez les ados : plus on grandit, moins on lit

Clément Solym - 09.05.2011

Edition - Société - enfants - adolescents - habitudes


Si les habitudes culturelles chez les adultes à partir de quinze ans font régulièrement l’objet d’enquêtes et d’analyses, celles des enfants et adolescents sont parfois négligées. On considère souvent qu’elles sont influencées par un héritage familial et social et que l’enfant ou l’ado est passif face à des pratiques culturelles qui lui sont imposées.

C’est pourquoi Pierre Mercklé, Sylvie Octobre, Christine Détrez et Nathalie Berthomier se sont réunis pour réaliser une enquête sur les habitudes culturelles des enfants et adolescents de onze à dix-sept ans, soit du début du collège à la fin du lycée.

Il s’agit en effet d’une période clef ou l’enfant en quête d’identité s’émancipe de l’héritage familial pour se fier beaucoup plus aux goûts de ses amis, puis avec le temps, commence à s’affirmer de manière plus personnelle.


L’étude intitulée L’Enfance des loisirs. Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence (la Documentation Française, 2010), s’est réalisée sur le long terme avec le suivi pendant six ans de 4000 adolescent âgés de 11ans au début de l’enquête. Elle permet donc de constater les différentes évolutions de ces jeunes choisis parmi différentes classes sociales.

Plus on grandit, moins on lit


Globalement la lecture fait partie des habitudes culturelles déclinantes avec l’avancée de l’âge. Ainsi, quand 30% des jeunes de 11 ans lisent tous les jours, la lecture commence à prendre moins d’espace à partir de 13ans où les jeunes préfèrent écouter de la musique ou faire de l’ordinateur. Cette tendance s’accélère jusqu’à 17 ans, où seulement 9% des adolescents lisent quotidiennement.

On remarque que les filles sont plutôt en avance sur les garçons dans leurs choix de consommation culturelle et qu’elles lisent légèrement plus que ces derniers, qui favorisent l’informatique.


L’argent ne fait pas le bonheur… mais il favorise la culture

Les habitudes culturelles varient également en fonction du milieu social : des familles plus aisées vont favoriser la lecture et les sorties culturelles (du cinéma, aux musées en passant par la bibliothèque) quand des adolescents dont les parents gagnent de faibles revenus ou sont au chômage auront un accès beaucoup plus limité à la culture. Il reste une troisième catégorie d’adolescents bénéficiant d’un héritage de « conquête à transmettre », il s’agit de ces familles qui n’ont pas directement hérité d’habitudes culturelles fortes mais pour qui la culture représente plutôt « le résultat d’une accumulation qu’il s’agit, avec le soutien de l’école, de transmettre à la génération suivante ».

Il y a tant d’exceptions pour confirmer la règle !


Toutefois, l’enquête précise qu’il faut faire attention aux analyses systémiques et cloisonnées : « Que dire de ces filles qui cumulent tous les « avantages » favorisant une consommation culturelle forte, et qui n’en font pourtant rien ? Ou, à l’inverse, que dire de certains des garçons qui, cumulant au contraire les « handicaps », n’en sont pas moins fortement investis dans la culture ? »

En effet, le contexte familial ou social peut changer, l’adolescent peut faire une rencontre ou une découverte artistique marquante, il peut aussi refuser d’hériter de sa famille ou de son milieu social. (via scienceshumaines.com)



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.