La dépendance des collégiens à 'l'(insup)portable' : Okapi enquête

Clément Solym - 19.12.2008

Edition - Société - Okapi - couper - portable


Le magazine Okapi est d'une cruauté sans nom : alors que désormais on peut profiter de livres sur son téléphone, Okapi a décidé de priver quatre collégiens de leur gadget préféré, durant toute une semaine. Une enquête simple et efficace, pour montrer à quel point nos têtes blondes sont accros...

Valentin, Sarah, Mélissa et Adrien ont joué le jeu... Et les résultats sont sans appel : pour Mélissa, en quatrième, son père témoigne que la priver de son téléphone « est la seule punition efficace ». Addicte à 95 % la miss est la pire des quatre, et seul Adrien semble capable de se passer de son mobile, puisqu'accro à 50 %. Quand il a réclamé le sien, « le défi était déjà terminé depuis deux jours ».

Pour Sarah, cette absence a été douloureuse, pour Mélissa, carrément « chiant », quand Valentin trouve ce manque « frustrant » et Adrien « dérangeant ». Bref, nos ados sont accros. D'ailleurs, l'enquête précise de 71 % des 12-14 ans disposent d'un mobile et en changent tous les 9 mois. Et même s'ils textotent ou appellent, les utilisations exploitent vraiment les capacités nouvelles.

Ainsi, 86 % des 12-17 ans font des photos, à 88 % pour les filles et de même elles sont plus éprises de vidéos car si 66 % y ont recours, elles sont 72 % à pratiquer le cinéma amateur. « Je me suis rendu compte qu'il était indispensable », avoue finalement Sarah.

Cette enquête est à retrouver dans le numéro d'Okapi de cette semaine, en vente jusqu'au 24 décembre.