La dernière agression d'une institutrice suscite une vive émotion

Clément Solym - 07.10.2008

Edition - Société - agression - institutrice - soutien


C’est un élève âgé de 11 ans qui s’en est violemment pris à son institutrice à Persan (Val d’Oise) le vendredi 26 septembre. L’enfant était bien connu de l’école. En classe de CM1 de l’école Jean-Jaurès de Persan, il avait déjà deux ans de retard. Suivi pour des difficultés d’ordre psychique, l’élève a frappé son institutrice à coups de pied et de poing suite aux remarques qu’elle venait de lui adresser.

Le ministre de l'Education Xavier Darcos s’est associé à l’institutrice, lui faisant part de toute son « émotion ». L’enseignante a été arrêtée pendant huit jours. Elle a également porté plainte, avec le soutien du rectorat de l’académie de Versailles.

SOS Education, dans un communiqué, soutient vivement l’institutrice s’inquiétant de la scolarisation d’enfants aux lourdes difficultés psychologiques avec d’autres enfants. Il faut encore développer des structures adaptées pour pouvoir accueillir tous ces élèves dans des milieux appropriés.

SOS Education tire aussi la sonnette d’alarme sur le climat actuel qui jette l’opprobre dès sur l'enseignant dès qu'il lève la main sur un élève. Ainsi, « Les enseignants, aujourd’hui, n’en sont même plus à tenter d’imposer leur autorité aux cancres et aux perturbateurs qui confondent la classe avec un cirque : c’est à peine s’ils osent leur adresser une remarque, de peur d’être pris à partie par l’élève concerné, son grand frère ou ses parents. »

Dans son communiqué, « SOS Education demandent au ministre de l'Education nationale de prendre des mesures afin de protéger l’ensemble des enfants contre ceux qui ont un comportement dangereux, soit parce qu’ils sont psychologiquement perturbés, soit parce qu’ils sont rendus asociaux par un défaut d’éducation. Ces enfants particuliers doivent être accueillis au sein de structures particulières. »